Oasis - Be Here Now - Page 2 sur 2 - Le Canal Auditif

Oasis – Be Here Now

7— Fade In-Out

Mathieu : Y a tellement de tracks de guitares sur cette toune-là qu’on dirait que ç’a été écrit par Lynyrd Skynyrd!
Jean-Simon : Noel était saoul avec Johnny Depp quand il a jammé ça. Ça explique pourquoi c’est interminable sans doute.

Point(s) fort(s) : Oasis qui adopte un son roots americana, la prestation de Liam, au sommet de sa forme dans ses attaques, bon texte.
Point(s) faible(s) : Intro trop longue et la générale incapacité du groupe à conclure.
Verdict : C’est un hit.

8-Don’t Go Away

Mathieu : Un gros hit. Oui, c’est une copie de Don’t Look Back In Anger, mais une copie plus ramassée que Stand By Me. Pour l’époque, le vidéoclip était aussi très beau.
Jean-Simon : C’est clair que pour cette chanson-là le producteur est débarqué en studio et a dit : « les boys, ça me prend une Don’t Look Back In Anger meilleure que Stand By Me », pis que Noel a pondu ça en 15 minutes en riant dans son after-shave.

Point(s) fort(s) : La mélodie qui reste en tête. La voix de Liam est parfaitement dans le ton.
Point(s) faible(s) : Une autre fin interminable. Noel exagère encore une fois avec les leads de guitare.
Verdict : C’est un gros hit.

9— Be Here Now

Mathieu : La flûte? Non.
Jean-Simon : Ça c’est non.

Point(s) fort(s) : Le pont est très bon notamment en raison de la super progression d’accords.
Point(s) faible(s) : Tout le reste est pénible.
Verdict : N’aurait pas dû se retrouver sur le disque.

10-All Around The World

Mathieu : La Hey Jude des pauvres? Pour moi Liam est allé au pub entre ses séries de na na na na na… À la limite du supportable.
Jean-Simon : L’idée c’était de refaire Champagne Supernova genre. Mais ayoye, ils se sont plantés.

Point(s) fort(s) : Le clin d’œil à George Martin. Le solo.
Point(s) faible(s) : Rimes pauvres, textes médiocres, composition alambiquée. On voulu faire la chanson la plus stratifiée de l’histoire du rock avec deux trois idées pas si fortes.
Verdict : Ça fait 20 ans que c’est sorti, ça fait 20 ans moins un jour qu’on n’écoute plus cette chanson.

11— It’s Gettin » Better (Man)

Mathieu : Y’a trop de refrains sur ce disque là maudit. Y’a que les ponts qui sont bons.
Jean-Simon : Bah, rendu là, je n’écoute plus.

Point(s) fort(s) : Quelques bonnes idées et un très gros pont. Le solo est lourd et inspiré.
Point(s) faible(s) : Idées mal exploitées, refrains plus qu’ordinaires et trop répétés.
Verdict : On endure (si on est masochiste)

12 — All Around The World (Reprise)

Mathieu : Sérieux…
Jean-Simon: …

Point(s) fort(s) : Ne dure que 2 minutes.
Point(s) faible(s) :…
Verdict : Même les membres d’Oasis ne se rendent même pas jusque là.

Finalement Be Here Now, c’t’un album sur lequel Oasis a fait plus de poudre que de l’Oasis. On les reconnaît par moment à leur meilleur, mais on les perd surtout dans leurs délires mégalos imbibés et imbibé est probablement le bon mot, car après le party qu’a été (What’s the Story) Morning Glory, Be Here Now ne pouvait être autre chose que l’album gueule de bois.

Restants du calepin

— Eille, y’a juste les bridges de bons sur cet album ciboulette?

— À partir de Don’t Go Away, l’album vire orchestral/baroque… c’est bizarre.

— On sait maintenant ce que fait trop de poudre en studio.

— Aucune chanson ici ne donne vraiment envie de lever le poing en concert. D’ailleurs quand Oasis jouait une toune de Be Here Now en show, c’était l’heure d’aller aux toilettes.

— Le capo à la deuxième frette.

Be Here Now est un album qui est marqué par la répétition, mais dans la répétition, de nouvelles idées sont néanmoins toujours ajoutées. Que ça soit un fill de guitare, une variation dans le texte ou la mélodie, l’auditeur attentif ne peut que souligner l’ampleur de la tâche.

— Cet album est le résultat du travail d’artistes certes sans complexe — ils ont quand même composé Supersonic en attendant une commande de chinois — mais dont l’égo boosté par la coke ne pouvait être contenu, même par un réalisateur et un producteur de renom. C’est un album mégalo, fait par des artistes qui l’étaient tout autant à cette période.

Be Here Now est un album symptomatique de l’opulence dont s’est entichée l’industrie du rock à l’âge d’or des années 90, après My Bloody Valentine et avant Goo Goo Dolls.

— Certaines théories avancent que cet album a tué la britpop. On a envie de leur donner raison.

Pages : 1 2

Exprimez-vous!

*