The Hives - Lex Hives - Le Canal Auditif

The Hives – Lex Hives

Bon! C’est le retour des Hives! Cinq ans après le célébré et accessible The Black And White Album, la bande suédoise à Howlin’ Pelle Almqvist, ce chanteur rappelant un certain Mick Jagger, revient avec son cinquième album titré Lex Hives. Un simple rappel: The Hives crée un punk rock garage nerveux et dynamique qui puise ses influences auprès de pointures telles que les Ramones, AC/DC, The Sonics et les incontournables Rolling Stones. Les fanatiques de la première heure remarqueront sans doute que leurs favoris optent, depuis 2007, pour une approche musicale plus raisonnable, appuyée par une réalisation soignée… et ce Lex Hives perpétue ce virage assumé.

Ça démarre avec un Come On! où notre Jagger contemporain répète ad nauseam «Come on!» une cinquantaine de fois. Donne le ton vigoureusement à cette création malgré le déjà-vu de la démarche. Survient cette mixture convenu entre un AC/DC abrasif et un Electric Light Orchestra pépère nommé Go Right Ahead. Une chanson spécifiquement écrite pour les ondes radiophoniques FM. Un rock convenu, hyper léché au potentiel de succès commercial décuplé. Assez ordinaire! Surviennent les banals 1000 Answers, I Want More et l’insupportable Wait A Minute. Une des pires ritournelles du répertoire chansonnier des Hives. Une platitude!

Avec surprise, les Hives reprennent du tonus avec la grinçante Patrolling Days et la mélodie remémorant l’apothéose de Hate To Say I Told You So intitulée Take Back The Toys. Un simulacre de fraicheur fait irruption avec le blues sensuel de Without The Money. Ici, les suédois flirtent pratiquement avec l’univers sulfureux des Sonics. Amusant! L’opus se conclut avec la très Ramones titrée These Spectacles Reveal The Nostalgics, la stonienne vitaminée My Time Is Coming, la punkisante If I Had A Cent et les vivifiantes trompettes de Midnight Shifter. Un morceau de béton!

Sur Lex Hives, The Hives ne réinvente pas la roue et surfe allègrement sur une recette éprouvée. Rien de bien désastreux, mais surtout, rien pour écrire à sa mère! Ce que The Hives gagne en intelligibilité, il le perd assurément en aplomb, en rudesse et en agressivité. Dorénavant, il faudra juger ce groupe en fonction de sa capacité à fédérer ses adhérents plutôt qu’à son aptitude à brasser la cage et à renouveler le genre musical. Un album conçu sans aucun doute pour les concerts, car The Hives en spectacle, c’est un impératif. Un divertissement correct en attendant leur venue à Montréal.

Ma note : 5,5/10

The Hives
Lex Hives
Gold Village Entertainement
31 minutes

www.thehivesbroadcastingservice.com/splash.php

http://www.youtube.com/watch?v=iAuY6x2Py0E

Exprimez-vous!

*