Mononc' Serge - Mononc' Serge 2015 - Le Canal Auditif

Mononc’ Serge – Mononc’ Serge 2015

Mononc' SergeIl ne s’en fait pas deux comme Serge Robert. C’est le genre de personnage qui divise. Soit tu aimes son humour noir qui a l’effet de l’acide à batterie ou soit tu le trouves vulgaire. Une chose est sûre, malgré le créneau très particulier dans lequel il est le champion depuis plusieurs années, il continue à tourner partout en province et rempli ses salles partout où il passe. Ce n’est pas facile, il se donne le Serge. Et malgré tout, il trouve le temps de pondre régulièrement des albums.

Le plus récent, intitulé tout simplement Mononc’ Serge 2015, porte particulièrement bien son nom. À part quelques pièces, on a droit à une revue de presse à grand coup de phrases assassines. Né de sa participation à la défunte émission Ce show… avec Mike Ward, il a continué à composer et à faire paraître des pièces tout au long de l’année chez Voir et sur Facebook. La première chanson se nomme Coupe Couillard, en plus de faire des allusions aux liens tissés serrés entre notre Premier-Ministre, le patronat et la mafia. Et lorsque commence le solo, tout s’arrête puisqu’il a coupé les solos. Oui, nous sommes bien en période d’austérité même lorsque les guitares ne peuvent pas se faire plaisir.

Parmi les sujets qu’il aborde, l’excellente Charlie Hebdo met de l’avant l’absurdité du pouvoir qui fête le journal satirique tout en donnant deux, trois bons coups de poing en pleine face du fanatisme religieux. Parlant de droites bien placées, Les Séparatistes regorge de rimes assassines dont: «Après 20 ans d’une étrange stratégie/Consistant à cacher leur projet sous le tapis/Les péquistes mordent la poussière/À force de pas vouloir réveiller/Le chat qui dort/Ils l’ont oublié dans son coin pis yé mort/Abandonné dans sa litière» ainsi que «Mais tout à coup ses vieux dont la mort approche/S’excite sans doute pour la dernière fois le poil de poche/Lorsque le poing levé au ciel/Sortant des pages jaunies du Journal de Montréal/Apparaît un rédempteur antisyndical/Qu’la plupart huaient encore la veille».

On retrouve à quelques endroits Pépé et sa guitare qui prête main-forte sur quelques pièces dont Faits très divers qui fait le tour de la question de Joël Legendre, mais surtout de la couverture médiatique qui l’entoure. On a aussi droit à l’excellente Des questions qui aborde la délicate interrogation de qui est fan de Mononc’ Serge. L’Ebola à Saguenay, en plus d’échantillonner le toujours très impertinent maire Tremblay, ressort même les guitares électriques.

Comme à son habitude Mononc’ est tout à fait délicieux à l’oreille de ceux qui affectionnent le cynisme, l’ironie et l’humour noir. Pour tous les autres, désolé, vous ne comprendrez pas pantoute. C’est plate, mais c’est comme ça.

Ma note: 7/10

Mononc’ Serge
Mononc’ Serge 2015
Indépendant
39 minutes

http://mononc.com/

Exprimez-vous!

*