Mogwai - Rave Tapes - Le Canal Auditif

Mogwai – Rave Tapes

Mogwai_RaveTapes600G281013Êtes-vous membre de l’armée Mogwai? Peut-être avez-vous déserté, peut-être vos années de service sont-elles terminées; toujours est-il que le groupe a été appuyé pendant des années par une vaste troupe d’ardents soldats prêts à le suivre aveuglément, du moment qu’il y avait une triomphante apothéose de guitares quelque part en route.

Avec ses premiers albums, Mogwai a perfectionné une forme simple, mais terriblement efficace de rock instrumental, une approche qui a été le principal antécédent au post-rock tel qu’on le perçoit aujourd’hui dans sa forme de plus en plus figée et convenue. Mogwai prend ses distances de ce carcan depuis l’album Rock Action en 2001, et n’essaie plus de faire entrer un univers entier dans chacune de ses chansons. L’époque des chansons massives telles que Like Herod et My Father My King est révolue, mais Mogwai faisait encore des feux d’artifice avec les chansons plus petit format de son album précédent, le merveilleusement nommé Hardcore Will Never Die, But You Will.

L’intention de Mogwai semble maintenant de composer des pièces rock solides, émotives et sans bagage excédentaire. À l’instar d’Explosions In The Sky, Mogwai fait de l’excellent travail de trame sonore quand il ne fait pas ses propres albums, et le fait si bien qu’il semble maintenant coincé en position d’accompagnement. Règle générale sur Rave Tapes, les rythmes sont de vitesse moyenne, les mélodies n’agrippent personne par le collet, et les arrangements ne désarçonnent pas, à part dans de rares exceptions comme le premier extrait de l’album, Remurdered. Il y a quelques textures synthétiques ici et là, mais même celles-ci ne sont pas si différentes des sons de guitares distorsionnées et n’apportent rien de vraiment neuf à l’œuvre de Mogwai.

En refusant ainsi de s’engager dans quoi que ce soit de trop cinglant ou de trop doux, le groupe crée une musique fade qui semble incomplète sans des images ou un texte pour l’accompagner. À preuve: les quelques chansons qui utilisent des voix (Blues Hour, The Lord Is Out Of Control, et même Repelish, qui sample un chrétien obsédé par les conspirations sataniques) donnent aux guitares un véritable rôle d’accompagnement, et le résultat s’en trouve amélioré.

Un album un peu tiède, donc, qui ne ternit pas trop la réputation de Mogwai, mais qui ne fait rien de particulier pour rebâtir son armée.

Ma note : 6,5/10

Mogwai
Rave Tapes
Sub Pop
49 minutes

www.mogwai.co.uk/

Commentaires

  1. jean-simon a écrit : :

    Membre de l’armée? Je ne sais pas trop. J’imagine que je le suis par défaut, ce groupe est si important pour moi.

    Leur premier album que je me suis procuré était Happy Songs for Happy People. J’ai écouté Young Team et Rock Action par la suite. Et à eux seuls, ces trois albums (et quelques EPs satellites, dont le colossal My Father My King) m’ont captivé jusqu’à la parution de Hardcore will never die but you will. Les zones grises de Mr Beast et de The Hawk is howling m’ont moins séduit. Mais en 2011, j’ai trouvé leur retour sur disque d’une pertinence renouvelée, d’une maîtrise certaine et d’une grande inspiration. Je retrouve ce même souffle de création sur Rave Tapes avec en prime, une audace sonique qui justement, nous entraîne un peu plus loin dans l’exploration de Mogwai de leur son.

    Un grand album selon moi.

    Mais très bonne critique.

    • Je comprends et respecte le point de vue, Jean-Simon, même si j’entends pas mal moins d’audace ici que sur HWNDBYW.
      À ma défense, peut-être qu’entendre Rave Tapes en tandem avec Fuck Off Get Free a fait paraître celui-là plus fade qu’il ne l’est vraiment…

Exprimez-vous!

*