Mange l'Ours Mange - Loin de l'oeil - Le Canal Auditif

Mange l’Ours Mange – Loin de l’oeil

MOM-pochette-410x410Ouf! Mange l’Ours Mange qui effectue un retour sur disque après quinze années d’absence; ça ne nous rajeunit pas! Fondée en 1989 par François Bruneau et Franck Lizotte, la formation keb lance son quatrième album studio titré éloquemment Loin de l’œil. Catalogué groupe pop à ses balbutiements, Mange l’Ours Mange est revenu à ses principaux ascendants sur ses deuxième et troisième albums (Crâneur, Psychorama 2080) prônant une mixture de hard rock alternatif et d’électro-pop/industriel.

Sur ce Loin de l’œil (réalisé par François Bruneau) le groupe présente un assemblage de chansons faisant office de «best of» de ce qu’il a conçu tout au long de sa carrière. Au menu, vous y entendrez du pop alternatif, du rock abrasif industriel, des moments électro-pop vitaminés et quelques instants de hard rock quelque peu convenu, l’ensemble combiné à cet imaginaire particulier issu de la culture trash et des films de série B.

Est-ce que Mange l’Ours Mange est encore pertinent après ces nombreuses années d’absence? Notre regard lorgne plus du côté néfaste que du penchant positif. Les raisons? En premier lieu, la réalisation prodiguée manque manifestement de virilité reléguant à l’arrière-plan dans le mix les guitares pseudo décapantes proposées sur cet album.

En deuxième lieu, les structures chansonnières, les mélodies confectionnées et l’esthétique sonore générale proposée sont dans l’ensemble demeurés profondément ancrés dans les nineties, ce qui laisse une vilaine impression d’entendre une production parue en 1993. Ceci dit, certains morceaux réussissent à passer la rampe avec panache… et c’est lorsque Mange l’Ours Mange appuie sur l’accélérateur en ce qui concerne le dévernissage punkisant qu’il est à son summum.

Après un début d’album en dent de scie, Loin de l’œil prend son envol véritablement en milieu de parcours et parmi ces ritournelles prisées, nous avons noté l’excellent riff lourd dans Kaska der Mike, la conclusion «nirvanesque» de Len de Lel, les punkisantes Sudarium et Rollers, les très Caféine nommés respectivement Vatefersen et Terrifié, terrifier de même que la lourde Bête de foire.

Pas une mauvaise conception sonore, mais après tant d’années de non-présence, nous étions en droit de nous attendre à une meilleure réalisation, mais surtout à une direction artistique franchement moins passéiste et académique. Si vous avez envie de vous remémorer la bonne vieille époque rock dispensée par Vilain Pingouin, Possession Simple et les Mauvais Quarts d’Heure, ce Loin de l’œil vous est destiné. En contrepartie, les jeunes mélomanes resteront de marbre devant la proposition de Mange l’Ours Mange

* Le lancement de Loin de l’oeil aura lieu au Café Campus, le lundi 28 octobre à 20:00h sous forme de spectacle complet.

Ma note : 5,5/10

Mange l’Ours Mange
Loin de l’œil
Indépendant
45 minutes

www.mangeloursmange.com/2014/

Commentaires

  1. francois bruneau a écrit : :

    Vraiment cool. J’apprécie votre support.

    • Stéphane Deslauriers a écrit : :

      J’ai rédigé une texte franc, honnête et transparent.

      • francois bruneau a écrit : :

        Je ne dis pas l’inverse et je respecte ton opinion. Par contre, la dernière affaire dont j’ai besoin en ce moment dans la vie, c’est quelqu’un qui décourage les gens d’acheter l’album. Après des centaines d’heures de travail et d’acharnement, lire que le band n’est pas pertinent et que nous sommes passéistes et académiques n’est pas vraiment excitant. Surtout en sachant comment l’album a été fait. Anyway, j’essaie de regarder les points positifs.

        • Stéphane Deslauriers a écrit : :

          Je comprends parfaitement ton point de vue pour avoir déjà subi de très mauvaises critiques moi aussi dans le passé. Notre travail au Canal Auditif, c’est de donner notre opinion avec franchise et authenticité; même si ça peut parfois déplaire. Ceci dit, ce n’est pas de rendre service à la musique québécoise que d’être complaisant avec ce qui se crée chez nous. En passant, ce n’est qu’une opinion parmi tant d’autres et ce n’est jamais fait dans le but de blesser. Je suis tout à fait capable de me mettre à ta place. Crois-moi, j’ai beaucoup de respect pour les créateurs, mais ce serait justement un manque de respect flagrant, si je ne disais pas ce que je pensais avec franchise et honnêteté. Si tu lis bien ma critique, je dis « Pas un mauvais disque »… et c’est ce que je pense, ce n’est pas un mauvais disque!

          En passant, j’apprécie au plus haut point que tu communiques avec moi afin d’émettre des réserves quant à mon texte. Respect et un gros merci!

  2. francois bruneau a écrit : :

    C’est l’avantage avec le web maintenant. J’appécie les commentaires honnêtes mais je me pose toujours la même question: Est-ce mieux une critique moyenne ou juste pas de critique…Je sais qu’ils disent « Parlez-en en bien ou en mal mais parlez-en »…

    La vie continue. Bonne chance avec ton site.

Exprimez-vous!

*