Les EP de février 2015 - Le Canal Auditif

Les EP de février 2015

LE COULEUR – DOLCE DÉSIR

cover170x170Le Couleur avait fait paraître l’excellent Voyage Love en 2013 et depuis ils se sont promenés, amenant même leur disco franco aux gens de La Grosse Pomme. On attendait avec impatience du nouveau son de la formation qui est maintenant un trio depuis le départ de Maxime Audet. Dolce désir est rempli de synthétiseurs chaleureux, de mélodies accrocheuses et de groove. Parmi les cinq titres, on retrouve Club italien sur lequel Laurence Giroux-Do prend des airs de Dalida à la fin alors que l’intoxicant Concerto Rock vous fera danser.


 

FANNY BLOOM – CONSTELLATIONS

Constellations-Fanny-428x428Fanny Bloom était à l’affiche au théâtre La Licorne dans la pièce Constellations de l’auteur britannique Nick Payne. Celle-ci a fait la trame sonore de la pièce et a décidé d’enregistrer les quatre pièces pendant le temps des Fêtes. Bloom livre des morceaux classiques qui sont chargés en émotion et qui vous réchaufferont la patate en ces temps frigorifiés. Essaim est chargé de nuance et coule tout doucement alors que les deux Variations sont émouvantes. La pièce-titre est la seule sur laquelle Bloom a couché sa voix alors qu’on tombe dans quelque chose de plus électronique, délaissant le piano sobre des trois autres pièces. Un petit maxi bien tourné!

MNDR & SWEET VALLEY – DANCE 4 A DOLLAR

Sweet-Valley-and-MNDR-Dance-4-A-DollarSweet Valley, c’est le projet collaboratif de Nathan Williams (Wavves) et son frère Kynan. Les frères sont reconnus pour rarement refaire la même chose deux fois. Voici que leur nouveau projet est une collaboration avec MNDR qui est le projet d’Amanda Warner en compagnie du producteur Peter Wade. Mettez tous ce beau monde-là ensemble dans un studio et ça donne l’éclectique Dance 4 A Dollar, un maxi de pop éclatée, mais tout de même accrocheuse. Les filtres, les synthétiseurs et les effets sont maîtres sur ce mini-album et c’est utilisé avec intelligence. La pièce-titre est excellente alors que le groupe nous envoie aussi une tendue Tongues Like Ghosts.


 

OLIVER THE GREAT – SAIDTHEOWL

a1836214328_10Non, il n’y a pas d’Olivier dans Oliver The Great. Le trio québéco-albertain est composé d’Anthony Mclachlan (guitare et voix), Bryan Greenfield (basse et voix) et Jean-Sébastien Gervais (batterie). Ceux-ci font un mélange hétéroclite de trip-hop, de krautrock, de pop, de post-punk et d’un peu tout ce qui leur passe sous la main et les amalgames sont particulièrement efficaces. De Burning Man aux accents «post tout ce que tu veux» on passe à la sexy Hush. L’éventail d’Oliver The Great est large et le triumvirat en profite pour s’y promener allègrement.

GABRIEL GALAGUÈRE – ZÈBRE

a3419645950_10Alexandre Lapierre est un nouveau venu sur la scène musicale. Installé à New Richmond, celui-ci a suivi une formation en technique d’enregistrement à Drummondville, ce qui lui a d’ailleurs valu de travailler avec Lionel Ritchie en tant que technicien de studio sur l’enregistrement de Coming Home. Maintenant, Lapierre se présente sous le nom de Gabriel Galaguère. Situé entre le rap et le trip-hop, le style musical est non sans rappeler Gatineau, l’agressivité en moins. Zèbre est pas mal éclaté. Maudit menteur (ferme ta «Trap») n’est pas mauvaise, mais détonne. Ça reste tout de même un maxi intéressant qui nous fait découvrir le jeune homme pour une première fois.

KING WOMAN – DOUBT

KINGWOMAN_coverTu te dis toujours que ça manque de femme dans le doom metal? King Woman, c’est ce qui te fera reprendre foi envers la parité des sexes dans le genre. King Woman c’est lourd. C’est archilourd. Même un des éléphants au Zoo de Granby aurait dit à son gardien que King Woman, c’est lourd. Ça te donne une idée. La voix de Kristina Esfandiari est parfaite pour le genre. La jeune femme sait injecter un brin de mélancolie dans sa voix ce qui ne fait que rajouter à la… lourdeur. Ce n’est pas tout, les guitares sont lancinantes, la batterie est portée sur les cymbales de toutes sortes et la basse bien juteuse. Un excellent maxi.


 

CHEATAHS – SUNNE EP

Cheatahs_SunneEP_PS-608x602L’année dernière, l’ami Francis Berthelot vous présentait le premier album de la formation anglaise Cheatahs qui fait dans le shoegaze assez vitaminé. Un an plus tard, presque jour pour jour, le quatuor nous offre un nouveau maxi de quatre pièces: Sunne. On peut noter l’aérienne Controller qui compte sur l’excellent jeu de batterie Mark Raue. On a aussi droit à une Drones qui rentre au poste alors que la pièce-titre compte sur une mélodie complètement intoxicante. Vraiment, Cheatahs n’a pas fini de nous séduire et Sunne offrira à l’amateur de shoegaze intelligent de beaux moments.


 

KISS ME SUNSET – MOONSHINE BOWLING

a0207771814_10Moonshine Bowling est le premier maxi de la formation de rock psychédélique aérien Kiss Me Sunset. D’abord un trio, la formation a gagné deux membres depuis sa création. Le titre du maxi est très bien choisi, puisque la formation nous balance des airs qui sentent le cannabis et goûte le LSD. Déjà Vu et ses voix fantomatiques, ses guitares bien grinçantes et sa basse grasse est l’un des bons exemples de ce que nous offre KMS. La formation nous montre ce qu’elle a de plus «trippy» avec Sweet Blueberry Root/Celebrate. Définitivement, le fan de psychédélisme trouvera plus que son compte avec Moonshine Bowling.

JULIEN GAGNÉ – CONTRE-COURAGE

a2567990795_10Julien Gagné est un montréalais qui lançait au début du mois son premier maxi. Celui-ci a déjà fait ses classes dans le groupe Camarade et en tant que finaliste de Ma Première Place des Arts en 2011. Gagné créé une pop aux textes la plupart du temps sombres. Le jeune homme fait aussi ses études en droit. Gagné s’occupe des textes alors que son acolyte Jean-Pascal Carbonneau compose la musique. C’est un premier EP et ce n’est pas parfait, mais Gagné laisse voir de bien belles choses sur la pièce-titre. Ça mérite que vous y accordiez une oreille.

EX-CULT – CIGARETTE MACHINE EP

unnamed-20-608x608Ex-Cult est une formation punk de Memphis qui a accroché quelques oreilles l’année dernière avec leur premier album: Midnight Passenger. N’ayant pas dit leur dernier mot, la formation rapplique avec un maxi de six pièces. Tout comme l’album, ça déménage! La pièce-titre avec une durée 5:47 est surprenante. Rares sont les pièces punks qui s’étirent autant. On pourrait en dire tout autant de la bruyante Your Mask qui ferme la marche alors qu’elle flirte avec les cinq minutes. Si vous aimez le punk un peu relâché, Ex-Cult est une formation à suivre!


 

Exprimez-vous!

*