Diiv - Oshin - Le Canal Auditif

Diiv – Oshin

J’ai posé mes oreilles la semaine dernière sur le premier véritable album de la formation new-yorkaise nommée DIIV intitulé Oshin. Formé en 2011 et mené par le principal compositeur du groupe Zachary Cole Smith, DIIV créé une dream pop/shoegaze que les adeptes de Lotus Plaza, et plus particulièrement de Real Estate, ne renieront assurément pas. Bien évidemment, cette musique remémore les meilleurs moments des My Bloody Valentine et autres consorts de ce genre musical qui dominait, ce qu’on appelait à l’époque, la musique alternative. Pour un vieux mélomane comme moi, difficile de m’en passer une…

Qu’à cela ne tienne, ce premier effort de DIIV, malgré la linéarité évidente des compositions, tient solidement la route. Sur Oshin, l’accent est appuyé beaucoup plus sur les atmosphères éthérées et les textures de guitares cristallines que sur les mélodies captivantes et les structures chansonnières éculées. La voix de Cole Smith est radicalement camouflée derrière ce mur de guitares arpégées réconfortantes, ce qui pousse l’auditeur dans un état de rêverie de tous les instants. Fait important à noter: la majorité des pistes regroupées sur cet album sont instrumentales, ce qui accentue l’effet hypnotique de la musique de DIIV.

Les ritournelles de choix sont nombreuses. Parmi celles-ci, j’ai noté le motif de guitare mécanique mais efficace de Air Conditioning, l’accrocheuse How Long Have You Known, la noise rock titrée Wait, la cadencée (Drunn Pt. 2), l’excellent riff arpégé de Follow et la menaçante pièce quasi instrumentale nommée Doused. À vrai dire, cette offrande ne renferme aucune chanson faisant office de remplissage superflu et pour une première tentative, DIIV a parfaitement réussi sa première impression!

Certains désapprouveront le manque de créativité du quatuor, surtout au niveau de la réalisation, qui est, ni plus ni moins, qu’un pastiche sonore d’une certaine époque que j’ai très bien connue… mais force est d’admettre que ces jeunes musiciens ont su concocter une création musicale de qualité qui plaira sans aucun doute, autant aux «vieux» mélomanes, qu’aux jeunes fanatiques de guitares à la Real Estate. Un premier rêve éveillé qui saura captiver les amateurs de dream pop!

Ma note : 7/10

Diiv
Oshin
Captured Tracks
40 minutes

capturedtracks.com/artists/diiv-2/

Exprimez-vous!

*