Mark Lanegan Band - Blues Funeral - Le Canal Auditif

Mark Lanegan Band – Blues Funeral

La semaine dernière, le vétéran chanteur âgé de 46 ans, Mark Lanegan, mettait au monde son huitième album solo titré Blues Funeral. Huit ans après l’acclamé Bubblegum et de nombreuses collaborations (QOTSA, Isobel Campbell, The Gutter Twins), le chanteur à la voix austère et râpeuse nous revient avec un opus aux influences «krautrock» à la Kraftwerk … mais le blues rock opaque ne se cache jamais très loin derrière avec Lanegan. Les habituels complices du soliste originaire de Seattle viennent se greffer à cette galette.

En effet, Josh Homme (QOTSA), Greg Dulli (Twilight Singers, The Afghan Whigs, The Gutter Twins) et le batteur Jack Irons (Pearl Jam) se joignent au réalisateur Alain Johannes, afin de créer un album de blues rock électro qui demande quelques écoutes avant d’en apprécier toutes les subtilités. Le coup d’envoi est donné avec The Gravedigger’s Song, qui curieusement, détient des liens musicaux étroits avec les sonorités du dernier Galaxie. Un savoureux mélange de blues rock appuyé par un rythme électronique presque dansant.

Après Bleeding Muddy Water, suit la new-wave aux guitares arpégées de Gray Goes Black. Surprenant! Apparition de Greg Dulli sur St Louis Elegy, talonnée par un son de guitare caractéristique, reconnaissable à mille lieues de Josh Homme sur Riot In My House. Retour à la pulsation entraînante sur Ode To Sad Disco. Jusque là, ça va, mais j’avais de plus grandes attentes… Et elles seront exaucées grâce à l’énigmatique Phantasmagoria Blues, le rock de Quiver Syndrome, la langoureuse Leviathan, le folk obscur de Deep Black Vanising Train et surtout, la triomphale Tiny Grain Of Truth.

Blues Funeral est un album de rédemption pour Mark Lanegan qui fut aux prises avec de nombreux problèmes de drogues et d’alcool tout au long de sa carrière. Une création étonnamment lumineuse, du moins en ce qui concerne l’univers musical du chanteur. Malgré un début d’album en dent de scie, le disque trouve sa vitesse de croisière dans la deuxième partie. Pas aussi percutant que Bubblegum, Blues Funeral demande plusieurs écoutes car les boucles électroniques pourraient laisser de marbre les fans purs et durs de Lanegan. De toute façon, le bonhomme est incapable de rater sa cible. Encore une fois, une scintillante étoile dans le cahier fort bien rempli de Mark Lanegan!

Ma note : 7,5/10

Mark Lanegan Band
Blues Funeral
4AD
55 minutes

marklanegan.com/

Exprimez-vous!

*