John Carpenter - Lost Themes II - Le Canal Auditif

John Carpenter – Lost Themes II

John CarpenterHiver 2015, le réalisateur/compositeur et «maître de l’horreur», John Carpenter (l’homme derrière Halloween, la nuit des masques) lançait un premier album titré Lost Themes; une véritable création musicale en soi où l’on retrouvait tout ce qu’on aime des trames sonores du bonhomme. Carpenter a toujours proposé une sorte de «dark synth» glauque et d’entendre de la nouvelle musique de sa part, sans aucun support visuel, avait réjoui les fidèles supporteurs du réalisateur.

Pour être honnête avec vous, on a carrément passé à côté du premier tome de ces Lost Themes et c’est lors d’une discussion à bâton rompue avec un ami, avocat de profession (et mélomane de bon goût), qu’on a cliqué sur la pertinence de prêter l’oreille à ce projet. Pas question cette fois-ci de passer à côté de ce Lost Themes II.

De nouveau escorté par son fils, Cody Carpenter, et de son beau-fils, Daniel Davies, le trio, en plus de garder intact le fort penchant synthétique, aussi anachronique qu’ingénieux de Carpenter, ajoute à l’arsenal quelques éléments dits «organiques». En effet, quelques guitares électriques et acoustiques viennent bonifier la proposition de Carpenter. Les pièces Angel’s Asylum et Virtual Survivor sont éloquentes en ce sens. Mais soyez sans crainte, le style habituel du vétéran demeure inchangé; une signature reconnaissable à mille lieues.

Certains mélomanes adeptes du travail de l’artiste pourraient penser que ces Lost Themes, sans l’apport filmique, sont inutiles. On ne souscrit guère à cet avis. Pourquoi? Parce que le plaisir coupable d’entendre Carpenter, le compositeur, dans son plus simple appareil, permet à l’auditeur de prendre conscience de l’indéniable talent musical du réalisateur. De plus, Carpenter est d’une intégrité absolue, demeurant fidèle à sa démarche artistique et à son style qui a fait époque… même si certaines sonorités sont, sans l’ombre d’un doute, désuètes et ringardes.

Parmi les pièces de prédilection appréciées par votre modeste scribe, on a noté l’entrée en matière, la pulsative Distant Dream, la ténébreuse/tribale White Pulse, la typiquement Carpenter (très années 80, il va sans dire) titrée Persia Rising, les pointes de claviers cristallins dans Dark Blues ainsi que les grandioses Bela Lugosi et Utopian Facade. Lost Themes II, comme son prédécesseur, s’écoute du début à la fin sans interruption. C’est de cette manière que vous pourrez vous immerger pleinement dans la musique de Carpenter.

Si vous avez flippé complètement sur Série Noire (le réalisateur de la série, Jean-François Rivard, est assurément un fanatique fini de Carpenter) et que vous affectionnez la musique du duo Essaie Pas, vous serez en pâmoison devant le travail du vénérable créateur. Et même si les films d’horreur de Carpenter vous laissent de marbre, vous saurez apprécier quand même la musique du doyen. Une agréable curiosité.

Ma note: 7/10

John Carpenter
Lost Themes II
Sacred Bones Records
48 minutes

http://www.theofficialjohncarpenter.com/

Exprimez-vous!

*