Homeshake - The Homeshake Tape - Le Canal Auditif

Homeshake – The Homeshake Tape

48681-300cHomeshake est un band composé par nul autre que Peter Sagar, guitariste attitré de la nouvelle coqueluche résidente à Montréal, Mac DeMarco. Venant initialement d’Edmonton, ils se sont installés officiellement dans la grande métropole, en 2011, pour y faire de la musique avec des amis. Ambitieux et curieux, Sagar désire créer un projet solo qui s’intitule The Homeshake Tape. Avec l’aide de DeMarco ainsi que de Jackson Macintosh, ils enregistreront un album de neuf chansons à la bonne franquette, au domicile de Sagar. Ce trio conquiert l’attention du public par leurs inspirations sensibles au rock des années 90 et au soul des années 60.

Avec des airs semblables à son collègue DeMarco, la ligne s’avère mince entre les deux formations, ce qui est même quelque peu décevant. The Homeshake Tape est assez court et simple à écouter. Il possède une sonorité un peu weird, vieillotte tirant un peu sur le lo-fi et le soul. À la première écoute, on a l’impression que les rythmes sont dénotés. Cependant, plus on l’écoute, plus on s’y habitue. En effet, l’album devient un peu plus consistant et plaisant à la longue.

En général, les trames sont assez monotones entre elles. Sagar change rarement de chemin pour ses chansons et reste dans une certaine contenance, où il est possible de se lasser rapidement. Sa voix nonchalante n’est pas nécessairement accrocheuse, mais colle bien à ses mélodies usées.

Haters souligne le début de l’album et nous offre doucement une ouverture vers le style soul. Suivi de I’m Too Young et Northern Man qui sont assez constants et aux tendances alternatives. Pour sa part, Brothers est plus suggestive et transcendante, elle détient quelque chose d’intéressant et nous donne espoir pour le reste de l’album. S’ensuit Sally, qui est un peu plus sombre et éloquente. Elle porte même une touche sexy. Gettin’ Down et Don’t Try, See Ya nous donne un son un peu plus dansant, mais encore une fois, aussi monotone que le reste de l’album. Puis l’opus se clôt avec Moon Woman qui est sans aucun doute la meilleure chanson. S’apparentant avec du déjà-vu, des airs de pop, de jazz et de blues, elle s’avère plus séduisante et intéressante. Bref, une mixture que Sagar aurait dû employer plus souvent pour le reste de son album.

The Homeshake Tape reste, tout de même, un bon album rock/soul à tendance psychédélique pour se détendre lors d’un après-midi de ménage, mais n’est pas vraiment l’album qu’on a envie de réécouter en boucle. C’est un album à découvrir, mais un peu décevant comparé au travail de DeMarco.

Ma note : 6.5/10

Homeshake
The Homeshake Tape
Fixture Records
24 minutes

fixturerecords.bandcamp.com/album/the-homeshake-tape

Exprimez-vous!

*