Jack White - Blunderbuss - Le Canal Auditif

Jack White – Blunderbuss

Paru officiellement cette semaine, le premier album de Jack White était disponible en écoute libre depuis quelques temps déjà. L’homme, qui n’a vraiment plus besoin de présentation, nous offre Blunderbuss, un disque où White s’échappe du carcan blues rock afin de s’aventurer quelque peu dans le R&B, le southern rock et le psychédélisme. Suite à la dissolution des White Stripes et l’indisponibilité des ses confrères au sein des Dead Weather et des Raconteurs, et surtout, incapable d’apathie, notre infatigable musicien/réalisateur s’est lancé tête première, et sans peur, dans la production de ce Blunderbuss.

Une création où les guitares crasseuses et abrasives sont laissées en plan afin de faire place au piano, au Fender Rhodes, aux guitares acoustiques, au violon et par-dessus tout, aux convaincantes mélodies de White! Les inflexions vocales de Jack White sont tellement agissantes que ce disque sonne parfois comme un recueil de comptines pour enfants; mais si vous portez attention aux textes, vous vous rendrez compte que White n’a rien perdu de son mordant… La mort et la rupture amoureuse semblent être les thèmes de prédilection de cet opus!

La majorité des morceaux sont d’une extraordinaire justesse. Je fais référence à l’utilisation du Fender Rhodes dans Missing Pieces, la décapante Sixteen Saltlines, la folk-rock Love Interruption, la superbe pièce titre aux accents country Blunderbuss, les pianistiques Hypocritical Kiss, Weep Themselves To Sleep et Trash Tongue Talker. Quelques ordinaires ritournelles en fin de parcours mais somme toute, l’hyperactif Jack White a mis sur le marché un album d’une maturité musicale exemplaire.

Ce gardien du temple de la musique américaine n’a plus rien à prouver! Ces morceaux sont d’une adéquation certaine. Pour le reste, notre homme exécute, compose et réalise avec une facilité déconcertante. Ça s’appelle du talent! Rien de réellement innovant, simplement d’excellentes chansons qui viendront réjouir mes oreilles rock! Les fanatiques des Stripes auraient probablement apprécié un peu plus d’éclaboussures sonores mais ceux qui affectionnaient les Raconteurs auront un faible pour ce premier Jack White. Du vrai bon stock!

Ma note : 7,5/10

Jack White
Blunderbuss
Columbia/Third Man
42 minutes

jackwhiteiii.com/

Exprimez-vous!

*