Critiques

The War On Drugs

Slave Ambient

  • Secretly Canadian
  • 2011
  • 43 minutes
6

En mars dernier, Kurt Vile faisait paraitre Smoke Ring For My Halo; l’un des meilleurs disques de 2011. Son frère de son, Adam Granduciel, leader de la formation The War On Drugs (quel excellent nom de groupe n’est-ce pas?), faisait de même la semaine dernière en mettant au monde Slave Ambient. À la première écoute, il est évident que nous sommes en terrain connu : mêmes inflexions vocales décontractées que Vile, riffs répétitifs et hypnotiques et surtout, un climat musical aux vertus narcotiques. Curieusement cette similitude ne constitue pas une entrave majeure à l’appréciation de cette galette. Par contre, certains auditeurs plus exigeants pourraient être agacés par la ressemblance.

Si vous avez adoré Smoke Ring For My Halo, vous aimerez assurément Slave Ambient. Le disque ne contient aucune chanson mémorable mais il existe un fil conducteur (pensez aux vertus narcotiques), qui nous permet de demeurer accro du début à la fin. Come To The City, Baby Missiles (très Arcade Fire/Springsteen) et Black Water Falls sont des chansons bien foutues sans être transcendantes. The War On Drugs est un curieux mélange de Dylan, Springsteen, Stephen Malkmus et My Bloody Valentine. Slave Ambient est idéal pour un « road trip » hallucinogène. Hypnotisant!

Ma note : 3/5

The War On Drugs
Slave Ambient
Secretely Canadian
43 minutes

thewarondrugs.net

Exprimez-vous!