Critiques

Metronomy

The English Riviera

  • Because Music
  • 2011
  • 47 minutes
7

En avril dernier, paraissait le deuxième album de Metronomy titré The English Riviera. Je me suis fait tirer l’oreille quelques temps avant d’écouter ce disque. Ce que j’avais entendu de la formation britannique m’avait laissé de marbre, mais sous la ténacité d’un ami, j’ai plongé tête première dans The English Riviera. Dirigé par le timide Joseph Mount, Metronomy fabrique une musique électro pop qui se veut inactuelle mais qui redéfinit habilement ce que sera la pop des prochaines années. Les synthétiseurs mélancoliques aux sonorités « vintage » sorties tout droit des années 80 s’appuient sur une basse ronde, omniprésente et très groovy, laissant aux guitares un rôle secondaire.

Comparativement à leur précédent effort, The English Riviera se démarque par un spleen persistant qui met en relief des arrangements léchés et épurés. Il y a quand même quelques moments ensoleillés tels que Everything Goes My Way, la disco The Bay et la new-wave à la The Cars nommée Corinne, mais la langueur froide qui anime l’album est une constante de tous les instants. La très LCD Soundsytem intitulée She Wants, la langoureuse Trouble, Some Written et son imparable mélodie synthétique appuyé par un rythme calypso et la torturée Love Underlined, qui conclut l’album, forment de dignes représentants de ce spleen en toc.

Après plusieurs écoutes, je me suis laissé emporté par The English Riviera et j’ai finalement compris pourquoi le disque avait été sélectionné pour le prestigieux Mercury Prize (prix décerné à P.J. Harvey pour son Let England Shake), remis au meilleur album britannique. Metronomy est incomparable et The English Riviera est une création qui élabore une nouvelle approche de la musique pop. Un très bon album mais surtout, un disque important, de ceux dont on fera la référence dans vingt ans. Si vous appréciez LCD Soundsystem et la musique en plastique, vous devez écouter ce disque!

P.S. : Merci P. pour l’expression « musique en plastique »… je me suis permis!

Ma note : 3,5/5

Metronomy
The English Riviera
Because Music
47 minutes

metronomy.co.uk

2 commentaires

  1. Patrice Lessard, le 2011-11-30 à 20:33

    Je tiens à préciser que l’expression musique en plastique est une idée originale de Nicolas Chalifour (je ne suis qu’un vulgaire usurpateur) qui parlait en fait de Bonde Readhead…

    Bon texte!!

    • Stéphane Deslauriers, le 2011-11-30 à 22:18

      Alors merci M. Chalifour! Je trouvais que l’expression s’appliquait très bien à la musique de Metronomy… Un morceau de robot à M. Chalifour!

Exprimez-vous!