Critiques

Deerhoof

Breakup Song

  • Polyvinyl Records
  • 2012
  • 30 minutes
7

Mardi dernier, la formation Deerhoof, menée par l’excellent batteur Greg Saunier et la chanteuse/bassiste Satomi Matsuzaki, lançait sur le marché leur énième album intitulé sarcastiquement Breakup Song. Formé en 1993, Deerhoof offre une musique à l’univers sonore singulier possédant de nombreuses bariolures stylistiques s’apparentant au noise rock et à l’electro-pop. Bref, un groupe audacieux, innovateur et qui n’a pas peur de repousser les limites de la musique pop.

Sur Breakup Song, le quartet originaire de San Francisco continue franchement d’appuyer sur le bouton «pop d’avant-garde». Chacune des chansons détient une signature musicale unique, si bien qu’il est extrêmement ardu de classer Deerhoof dans un registre particulier. Courtes, concises, pétillantes, bondissantes, structures chansonnières intelligemment déconstruites, progressions d’accords inusitées, les ritournelles de cette création demeurent étonnamment accessibles dans les circonstances.

Breakup Song est chargé de chansons d’une efficacité exemplaire. Parmi les meilleures, j’ai remarqué l’excellente Breakup Songs, le riff accrocheur de There’s That Grin, l’électro-pop noisy titrée Zero Second Pause, la captivante Flower, le rythme latin et chaud de The Trouble With Candyhands et la quasi touchante Fete D’Adieu. Très peu de pièces quelconques, à part peut-être les claviers qui pourraient paraître insupportables aux oreilles de certains mélomanes, dans Back Kids To The Front, et la mélodie insipide qui afflige Mario’s Flaming Whiskers III. Une œuvre qui peut parfois faire penser à une Santigold retournée dans tous les sens… qui aurait embrassé goulûment la bouche d’un musicien avide de noise rock pendant toute une soirée!

Si j’avais un seul reproche à émettre concernant ce disque, c’est un manque de cohérence au niveau de la direction artistique; les morceaux étant tellement dissemblables les uns aux autres, qu’il est difficile de s’identifier naturellement à la musique de Deerhoof. Qu’à cela ne tienne, on aime ce groupe parce qu’il se fout des conventions et n’en fait strictement qu’à sa tête; et des musiciens animés de cet esprit libre de toutes contraintes, ils n’en existent que trop peu. Encore une fois, un album pop «à côté d’la track» pour Deerhoof… c’est très bien ainsi!

Ma note : 7/10

Deerhoof
Breakup Song
Polyvinyl Records
30 minutes

deerhoof.net/

Exprimez-vous!