Critique : Lindsey Buckingham/Christine McVie – Lindsey Buckingham/Christine McVie - Le Canal Auditif

Critique : Lindsey Buckingham/Christine McVie – Lindsey Buckingham/Christine McVie

Fleetwood Mac nous a donné certains des albums pop les plus réussis des années 70, dont le classique Rumours et le ténébreux Tusk. L’idée d’un album réunissant deux des membres de la période la plus glorieuse du groupe s’annonçait donc intrigante. Or, Lindsey Buckingham et Christine McVie livrent ici un disque fade, au point où l’on se demande bien pourquoi ils se sont embarqués dans cette galère.

Sur papier, ce nouvel album ressemble étrangement à du Fleetwood Mac. En effet, non seulement le batteur Mick Fleetwood et le bassiste John McVie y apparaissent-ils comme musiciens invités, mais certaines des chansons étaient destinées à un éventuel retour sur disque du groupe légendaire, qui ne s’est finalement jamais matérialisé, en bonne partie en raison des réticences de la chanteuse Stevie Nicks.

Les problèmes maritaux ayant marqué la carrière de Fleetwood Mac ont déjà été très documentés. Ainsi, c’est en 1975 que le guitariste Lindsey Buckingham s’est joint au groupe, insistant à l’époque pour que sa compagne Stevie Nicks fasse elle aussi partie de l’aventure. Or, leur relation battait déjà de l’aide et les deux se sont finalement séparés quelques mois plus tard, en même temps que le bassiste John McVie et sa femme Christine divorçaient. Ajoutez à cela le fait que Mick Fleetwood a également entretenu une relation avec Nicks, et vous avez tous les ingrédients d’un épisode de Top modèles, ce qui a servi de matière première au génial Rumours, comme quoi les pires épreuves peuvent aussi se révéler des sources d’inspiration…

Mais on s’égare ici. L’idée, c’est que Buckingham et McVie se connaissent depuis des décennies et ont vécu bien des hauts et des bas ensembles. En annonçant la sortie de leur album en duo il y a quelques mois, la chanteuse s’est demandé pourquoi ils ne l’avaient pas fait plus tôt, tellement cette collaboration lui semblait naturelle. Sauf qu’on se demande, au contraire, à quoi a pu servir pareil exercice.

Le problème n’en est pas un de composition, mais plutôt d’enrobage sonore. En effet, Buckingham et McVie ont signé certains des titres les plus aboutis du répertoire de Fleetwood Mac (Over My Head, Don’t Stop, Go Your Own Way, Not That Funny, etc.), et on ne perd pas si facilement un tel talent pour les hymnes pop mais raffinés. On reconnaît d’ailleurs leur signature dans le refrain rassembleur de la chanson Red Sun ou dans la nostalgie de Carnival Begin, seul titre qui renvoie au côté un peu plus sombre qui a toujours caractérisé la musique de Fleetwood Mac

Mais l’album est bourré d’effets bon marché qui donnent l’impression d’un disque qu’on retrouverait en vente au comptoir d’une pharmacie. Oui, Mick Fleetwood et John McVie ont contribué à certaines pistes, mais ce qu’on retient surtout, ce sont les lignes de basse ou de batterie programmées au synthétiseur. Même les voix (celle de Christine McVie est encore très puissante) sont saturées d’écho ou de réverbération, et le tout sonne très générique. Et je ne vous parle pas de ces percussions (maracas, tapements de mains) qui prolifèrent sur la plupart des morceaux…

Pour moi, l’album se résume un peu à sa pochette, sur laquelle on voit une Christine McVie toute souriante et un Lindsey Buckingham qui semble s’emmerder solide. On se demande même s’ils ont été photographiés ensemble ou s’il s’agit d’un montage, tellement on n’y sent aucune complicité. Bref, pour retrouver la magie de Fleetwood Mac, mieux vaut se retaper Rumours ou Tusk, ou pourquoi pas le méconnu Future Games, sorti avant que la formation ne devienne un phénomène…

Ma note: 4/10

Lindsey Buckingham/Christine McVie
Lindsey Buckingham/Christine McVie
Atlantic Records
39 minutes

https://www.buckinghammcvie.com/#/

Commentaires

  1. DUMONT a écrit : :

    Le Canal auditif est certainement bouché chez l’auteur de la critique : en tout cas, ce ne sera pas un Like sur Facebook et ma propre note à l’article serait de 1/10 (au moins pour avoir pris la peine de partager son avis). Pour ma part, je n’ai pas boudé mon plaisir à réentendre Christine Mc Vie (dont j’adore le timbre de voix et Lindsay Buckingham, guitariste et composer virtuose, ainsi que le batteur et le bassiste excellent qui ont fondé Fleetwood Mac il y a cinquante ans. Je vous invite a écouter cet album qui pour moi fut un réel plaisir.

    • Louis-Philippe Labrèche a écrit : :

      Vous avez entièrement droit à votre opinion et merci de nous la partager. Ceci étant dit, je dois me ranger du côté de Bruno, je trouve ce disque d’une platitude rare et apparemment, nous ne sommes pas les seuls. Les critiques sont assez négatives à l’endroit de l’album. Tant mieux si vous y trouvez plaisir!

    • Bruno Coulombe a écrit : :

      Bonjour! Merci beaucoup pour votre commentaire. Mais non, mon canal auditif n’est pas bouché et je persiste à dire que cet album manque cruellement de finition. Je ne remets pas en cause le talent de Buckingham et McVie, mais je trouve la production bâclée et à part deux, trois titres, l’ensemble est étonnamment fade. Mais tous les goûts sont dans la nature, dit-on!

  2. Jean-Jacques MERIC a écrit : :

    Peu de fond dans la critique de Bruno. Et un peu de malhonnêteté intellectuel car, oui, à la base la bande des 5 devait enregistrer un album sous le nom de FLEETWOOD MAC mais devant le succès de l’album de Stevie Nicks « 24 Karats gold songs … » la belle est partie en tournée. Ce n’est donc pas par « réticence » face au projet que Stevie Nicks s’est éloignée du projet mais bien pour assurer la promotion de son propre album.. Possédant du matériel (c’est à dire des compositions) pour enregistrer un album, Lindsey Buckingham et Christine Mc Vie ont décidé d’enregistrer l’album sous leurs noms sans oublier d’y convier Mick Fleetwood et John Mc Vie et sans utiliser le nom de FLEETWOOD MAC par simple respect du fait que sans Stevie Nicks ça n’est pas FLEETWOOD MAC. Rendons-leur grâce de cette politesse. Sur la pochette figurent en bonne place la composition du groupe dont font partie John Mc Vie et Mick Fleetwood. D’ailleurs le son de batterie de ce dernier est reconnaissable entre mille notamment sur « Too Far Gone ». Personnellement j’adore cet album qui est plus proche de l’ambiance de « Rumours » que de « Tusk » ou « Tango in the night » auxquels les critiques le compare. Les compositions et les mélodies sont addictives et presque tous les titres sont des tubes en puissance … comme dans « Rumours ». Donc respectons les gouts de tous, à commencer celui de Bruno auteur de la chronique, mais ne cédons pas à la facilité, toujours Bruno, en affirmant que cet album est « un disque qu’on retrouverait en vente au comptoir d’une pharmacie » ! A ma connaissance je n’ai jamais acheté un album en pharmacie ! Mais si Bruno le fait je comprends que les albums qu’il y achète leui donnent … mal à la tête 😉
    Allez sans rancune Bruno, l’essentiel reste l’échange de point de vue sur nos musiciens préférés. JJ.Méric.

Exprimez-vous!

*