City And Colour - If I Should Go Before You - Le Canal Auditif

City And Colour – If I Should Go Before You

City And ColourAprès deux excellents albums, Sometimes et Bring Me Your Love, qui nous berçait d’un folk intimiste et bien composé par Dallas Green, celui-ci a sombré dans la banalité avec Little Hell et a coulé dans le fond avec l’inécoutable The Hurry And The Harm. Le dernier album donnait envie de jeter la serviette dans le cas de Green. On était très sceptique à l’annonce d’If I Should Go Before You. Très.

Puis, le premier simple, la sublime Woman est parue. Neuf minutes et des poussières de blues rock habité et lourd avec une bonne mélodie vocale, du City And Colour à son meilleur. La peur a fait place à l’impatience. Peut-être que le retour d’Alexisonfire avait fait du bien à Green? Peut-être qu’il avait un renouveau créatif qui soufflait sur lui? Joie! Sonnez trompettes et clairons, il est vivant!

Puis, commence If I Should Go Before You. La galette s’entame sur l’excellente Woman qui fait déjà rêver à une cinquantaine de minutes de plaisir auditif de grande qualité. Par la suite, c’est Northern Blues. Correct, sans plus. Déjà, c’est facile, pas très aventureux, mais écoutable. Mizzy C qui suit est une pièce de pop-rock beige déguisé en blues parce qu’on a rajouté un peu d’orgue. Le temps que la pièce-titre tape dans nos tympans, une chose est sûre, If I Should Go Before You est tout sauf un renouveau musical pour Dallas Green. On a droit à un album qui verse dans le cliché et le déjà vu. C’est le Ikea du blues. Ça a l’air de la vraie affaire, mais en fait, c’est du laminé.

Les sacrantes Killing Time, Wasted Love, Runaway et Love Come Back ont un seul point en commun: la couleur beige. En fait, If I Should Go Before You c’est un peu comme regarder le mur d’un fumeur en série après 20 ans dans le même appartement sans avoir repeint. Tu commences à la base et c’est semi-blanc, mais plus tu montes plus c’est beige et fort déplaisant. Les seules pièces qui échappent au désastre sont la correcte Map Of The World et l’intime Blood qui ferme la marche. Mais en 2015, quand on fait un album avec une seule réelle chanson, on fait un simple.

Woman est de qualité par rapport aux restants (c’est le cas de le dire !) d’If I Should Go Before You. C’est un album fade qui remâche de vieux clichés et des facilités entendues mille et une fois. Ne perdez pas votre temps avec ce nouvel opus de Green, allez plutôt vous revigorer des deux premiers qui chatouillent les tympans et offrent des émotions vraies et viscérales.

Ma note: 4/10

City And Colour
If I Should Go Before You
Dine Alone Records
51 minutes

http://www.cityandcolour.com/

Exprimez-vous!

*