Best Coast - California Nights - Le Canal Auditif

Best Coast – California Nights

Best CoastIl y a cinq ans, la formation menée par Bethany Consentino et le multi-instrumentiste Bobb Bruno, faisait paraître Crazy For You; disque de surf pop lo-fi qui avait enchanté autant la critique qu’un auditoire avide de pop-rock ensoleillé. En 2012? Ça s’est gâté (comme prévu!) avec le folk rock produit démesurément titré The Only Place. Le duo est de retour cette semaine avec sa troisième offrande: California Nights.

Le principal problème de Best Coast se situe au niveau des attentes exagérées de la part des critiques envers ce rock mélodique, un peu naïf, mais quand même efficace. Il faut manquer un peu de jugement pour avoir pu s’imaginer une seule seconde que Best Coast allait réinventer le rock. Cela dit, il faut évaluer les efforts du tandem sous un angle plus consensuel. Puisque le travail de réalisation, les structures inventives et les arrangements époustouflants n’intéressent absolument pas le tandem, on préfère s’attarder à la qualité des chansons.

Et cette fois-ci c’est réussi! On retrouve ce qui faisait la force de Crazy For You: des ritournelles enjouées et abrasives qui donnent le goût de s’ouvrir quelques bières froides au gros soleil. Même si la réalisation lustrée du précédent effort est demeurée intacte, les chansons, elles, sont dynamiques et vous donneront envie de baisser vos fenêtres de char, la musique dans le tapis… et c’est tout ce qu’on devrait exiger de Best Coast.

Il y a bien deux chansons un peu plus mignardes, mais rien de vraiment dommageable. On fait référence ici à la pièce titre California Nights et à la conclusive Wasted Time. Savez-vous ce qu’on aime véritablement de Best Coast? C’est lorsque la formation y va à fond la caisse en accordant la priorité aux mélodies estivales de Consentino sans se perdre dans des méandres «artistiques» inutiles. De toute manière, le groupe n’a pas la dextérité ni les compétences pour jouer à ce jeu un peu prétentieux.

Best Coast propose un paquet de petits brûlots qui vous permettront d’entamer le printemps avec le sourire aux lèvres. On a balancé la tête et taper du pied à l’écoute de la totalement accrocheuse Fine Without You, de la conclusion en apothéose de When Will I Change, du petit côté rock classique entendu sur Jealousy ainsi que du penchant surf rock année 50 évoqué dans Sleep Won’t Ever Come (particulièrement le choix d’accords).

Il y a des disques qu’on approfondit pour leurs valeurs créatives intrinsèques et d’autres qu’on écoute comme on déguste un bon cornet à la vanille sous une chaleur accablante. Ce California Nights se positionne dans la deuxième catégorie et il faudrait être d’une mauvaise fois crasse pour mesurer ce disque sous la loupe dite inventive. Donc, on cesse pour un moment de jouer à l’intello snobinard et on se tape un bon album «feel good»… et c’est California Nights le grand gagnant!

Ma note: 7/10

Best Coast
California Nights
Harvest Records
42 minutes

http://www.bestcoast.net/home/

Exprimez-vous!

*