Andrew Bird - Are You Serious? - Le Canal Auditif

Andrew Bird – Are You Serious?

andrew-bird-album-rockL’homme-orchestre Andrew Bird propose un cinquième album solo de nouveau matériel nommé Are You Serious?. Côté mélodie, on ne réinvente pas la roue ni ne crée de vers d’oreille incroyable. Du simple et efficace, beau sans générer des frissons. Là où Bird réussit cette fois, c’est du côté des paroles.

L’album s’ouvre sur Capsized, avec ce qu’on croit être un duo entraînant de guitare électrique-violon. Mais si on connaît un tantinet Andrew Bird, on sait sa propension à tout jouer lui-même, et ce, avec un seul violon. Le multi-instrumentiste de Chicago joue de son violon comme d’une guitare électrique.

Festif, un brin rock comme Simon & Garfunkel peuvent l’être, Capsized tranche déjà des albums précédents d’Andrew Bird. Même les paroles versent dans l’humour. À propos d’une rupture amoureuse, il chante: «Sky is falling/No one is on your side/Spoon dirty laundry/Darling you’re all alone».

Roma Fade commence en douceur de violons et sifflements, mais la guitare ne tarde pas de bien rythmer la pièce, agrémentée d’une batterie enjouée. S’en dégage un sentiment d’urgence.

Épurée, Chemical Switches raconte le désarroi d’un homme devant sa compagne malade: «Chemical switches/Thrown in the dark/All it takes/Is a spark to begin».

Mention au duo avec la rugissante Fiona Apple sur Left Handed Kisses, qui, en trois minutes trente-six, trouve le moyen de nous amener dans trois univers différents et nous donne envie de trouver l’amour qui, comme le chante Bird: «[…] got me writing love song/with a common refrain like this one here, baby».

La chanson titre Are You Serious? aurait très bien pu se retrouver sur Armchair Apocrypha, paru en 2007. Folk avec violon électrique, intrigant et sautillant en même temps, dramatique et légère dans l’interprétation.

Saint Previous et ses sifflements, sonnant presque comme de la flûte de pan, épatent. On y entend le bruit des baguettes de la batterie s’entrechoquer, pendant un passage de violon en pizzicato.

Valleys Of The Youth oblige l’auditeur à vérifier s’il écoute encore du Bird. La balade rock de cinq minutes raconte l’envie d’avoir un enfant, la naissance, la vie qui s’éloigne des amis, le nouveau rythme, puis le moment où le fils tente de se suicider: «Driving down 65, to the hospital/To see if your adult son will survive or not/After taking those pills in the parking lot/You know the one behind the Marriott/This is a dream you won’t be waking/Still our hearts are constantly breaking».

Andrew Bird se réinvente sur Are You Serious? Si ce n’est pas mon préféré de sa discographie, l’opus se défend par sa qualité et son ingéniosité, son entrain. Le violon, toujours au premier plan, répond à la voix – chantée et sifflée – de Bird de bien belle manière.

Ma note: 7,5/10

Andrew Bird
Are You Serious
Indépendant
43 minutes

http://www.andrewbird.net/

Exprimez-vous!

*