Against Me! - Transgender Dysphoria Blues - Le Canal Auditif

Against Me! – Transgender Dysphoria Blues

against-me-transgener-dsphoria-bluesEn 2012, après avoir obtenu un succès mainstream considérable en signant sur une belle grosse étiquette de disque, Tom Gabel a fait la chose la plus punk que l’on puisse faire à notre époque: changer de sexe devant l’œil inquisiteur des médias mondiaux. C’est ainsi que Laura Jane Grace est née, même si ce fût loin d’être aussi simple qu’un énoncé de deux phrases.

D’abord, il y a eu les traditionnels commentaires haineux sur les réseaux sociaux, puis le batteur Jay Weinberg et le bassiste Andrew Seward ont quitté le navire, rendant incertaine la survie même d’Against Me!. Ensuite, le soutien et les déclarations d’amour ont fusé de toutes parts. L’ami Fat Mike de NOFX a pris la relève à la basse sur quelques titres du nouvel album et Atom Willard est devenu le batteur permanent du groupe.

Voici donc arrivé, après maintes turbulences, ce fameux Transgender Dysphoria Blues, premier disque du quatuor (désormais complété par l’ex-Refused Inge Johansson) depuis White Crosses en 2011. S’il s’agit à la base d’un album concept au sujet d’une prostituée transgenre, il est évidemment impossible de ne pas faire de lien avec la véritable vie de Laura Jane. Celle-ci chante avec beaucoup d’émotions et une honnêteté désarmante et il n’y a pas vraiment de point faible au niveau de la qualité des compositions tout au long de ce maigre vingt-neuf minutes de punk rawwwk! All Killer, No Filler, comme le veut l’expression!

En fait, pour être honnête, le dernier album d’Against Me! sur lequel j’ai tripé autant, c’est Reinventing Axl Rose, le tout premier LP. Sans être aussi tapageur, rageur et urgent, Transgender Dysphoria Blues reste le travail le plus intéressant du groupe depuis. On a même parfois l’impression d’écouter la suite de la trame sonore d’Hedwig And The Angry Inch (aka la meilleure comédie musicale au monde, qui traite de changement de sexe et…de rock n’roll) notamment pendant Unconditional Love et la poignante conclusion: Black Me Out. Depuis que je suis conscient de l’existence de son band, Gabel est un de mes chanteurs punks favoris. J’ai désormais une nouvelle chanteuse à placer dans le bac de mes coups de coeur!

Parmi les autres moments forts du disque: le brûlot Drinking With The Jocks et la courte mais très intense balade Two Coffins. Bref, contrairement aux derniers efforts de Gabel/Grace et compagnie, je termine l’écoute avec l’envie de courir après les b-sides enregistrés lors de ces sessions. C’est plutôt rare de mettre la main sur un disque pop-punk fait avec autant d’amour et de sincérité. Il ne m’en faut pas plus pour remettre le groupe dans la catégorie des artistes dont il faudra surveiller les moindres faits et gestes dans les prochaines années, pour voir le passage de chenille à papillon de Laura Jane, mais surtout pour la musique!

Ma note : 8/10

Against Me!
Transgender Dysphoria Blues
Total Treble Music
29 minutes

www.againstme.net

Exprimez-vous!

*