Critiques

The Lonely Island

The Wack Album

  • Universal Music Group
  • 2013
  • 44 minutes
4

twa_coverEn 2009, The Lonely Island, petit trio de chanteurs-humoristes découvert à l’émission Saturday Night Live, nous avait concocté un premier album, Incredibab, à la fois rafraîchissant et drôle (rire de l’industrie du rap américain, on aimait l’idée).

En 2011, Akiva Schaffer, Jorma Taccone et Andy Samberg récidivaient avec Turtleneck & Chain, un disque déjà moins inspiré que le premier, où les blagues tombaient quelques fois à plat. Nous voici maintenant en 2013. Les gars, qui ont dépassé la mi-trentaine, offrent un troisième opus, The Wack Album. Et cette fois, on décroche carrément, et pour plusieurs raisons.

Déjà, entendre trois hommes d’âge mûr chanter et raconter des histoires dignes de l’école secondaire (se farcir un maximum de filles et leurs mères; faire l’éloge des excès sexuels et alcooliques que l’on peut faire au Spring Break; souligner au marqueur les bienfaits de la drogue; normaliser l’action de se montrer les organes génitaux dans les bars, etc.), on trouve qu’il y a là un malaise.

Oui, on comprend bien l’idée du deuxième degré employé par le trio, oui, on saisit la « subtilité » dans les propos, mais bon, n’empêche… tout cela laisse un arrière-goût en bouche, disons.

Outre cela, il y a bien évidemment le vocabulaire employé. Ici, attention aux oreilles sensibles, c’est vulgaire à souhait. En voulant poursuivre sur le chemin de la parodie de la musique urbaine américaine, The Lonely Island utilise donc les termes de prédilection que sont les fuck, dick, shit, bitch, boobs, whore, butt, slut et autre pussy (pour ne nommer que ceux-là) sur l’ensemble des 20 (!) compositions de l’album. Après une séance ou deux d’écoute, on en fait un excès.

Finalement, sur le plan purement musical, s’il faut saluer la qualité des arrangements et la présence plus que salvatrice de nombreux collaborateurs (Robyn, Pharrel Williams, Kendrick Lamar, Justin Timberlake, Lady Gaga, etc.), on cherche encore la ligne directrice de ce disque. On passe du kitch des années 1980, à la musique disco-platine type des boîtes de nuit actuelles, au rap commercial, au R&B langoureux, à la pop radiophonique, avant de revenir avec une pièce électro-rock. Sérieusement, ça va dans tous les sens. Ah oui; et il y a même une pièce contenant des bruits de pètes.

Puisque The Lonely Island est passé maître dans la conception de vidéos humoristiques, et alors que pratiquement chacune de leurs nouvelles compositions a déjà droit à son moment de gloire sur YouTube, on vous conseille d’aller y jeter un œil plutôt que d’acheter ce The Wack Album. Au moins vous aurez du visuel explicatif, vous rirez un peu et vous n’aurez pas dépensé un sou pour le faire.

Ma note : 4/10

The Lonely Island
The Wack Album
Universal Music Canada
44 minutes

www.thelonelyisland.com/

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=BKQ6nINAeq8[/youtube]