Critiques

The Horrors

Luminous

  • XL Recordings
  • 2014
  • 52 minutes
7

The Horrors - LuminousC’est peut-être en raison de l’absence de refrains accrocheurs ou encore à cause du manque de variation des rythmes utilisés d’une pièce à l’autre, mais le nouveau Horrors est, à la première écoute, plutôt opaque. Puis, après un certain nombre de rotations, on finit par l’apprécier, presque autant que son prédécesseur, le magnifique Skying.

Si le premier album des Britanniques (Strange House, 2007) évoquait un mariage halluciné entre le Birthday Party de Nick Cave et les Cramps, le changement fût par la suite complet et un groupe de jeunes gens assagis nous a présenté Primary Colours et ses influences krautrock, à peine deux ans plus tard.

Luminous est le premier album du groupe de Faris Badwan qui ne propose pas de changement radical. On se retrouve à nouveau en présence d’un rock à pédales d’effets aériens résolument shoegaze et avant de s’y créer des repères, on s’ennuie un peu des I Can See Through You, Still Life et Endless Blue de l’album précédent. D’autant plus que le disque commence par une intro de trois minutes de claviers et de bongos (si, si).

Mais bon, le chant mi-blasé de Badwan ne se fait pas attendre davantage et Chasing Shadows s’avère être une entrée en matière convaincante. Ensuite, place à First Day Of Spring et So Now You Know, qui sont toutes les deux des réécritures approximatives des gros canons de Skying. Plus loin, le groupe nous offre ce qui est probablement la pièce la plus dansante de son répertoire avec In And Out Of Sight. Les Pet Shop Boys nous viennent même vaguement à l’esprit à l’écoute de celle-ci. Un changement bien apprécié, en plein coeur d’un album qui donne un peu l’impression d’avoir déjà été écouté.

C’est à la septième piste (I See You, qu’il ne faut pas confondre avec I Can See Through You de Skying) que nous aurons droit à la classique pièce épique qui monte pendant près de six minutes pour exploser dans un épilogue d’intensité de deux minutes. Un classique que les Horrors se plaisent à nous offrir depuis la très puissante Sea Within A Sea qu’avait réalisé Geoff Barrow de Portishead à l’époque. Ça fonctionne encore très bien!

Change Your Mind marque elle aussi un changement au sein du créneau habituel du groupe: c’est presque une balade crooneresque, qui contient un refrain hautement addictif; la meilleure pièce de l’album (après quelques écoutes, à tout le moins).

Finalement, peut-être que le groupe a définitivement posé ses pénates en territoire planant après trois albums bien différents. Seul l’avenir nous tiendra au fait d’un éventuel retour de l’exploration au sein de leur oeuvre. En attendant, Luminous est loin d’être un mauvais disque. Il faut juste lui laisser le temps d’émettre sa lumière (padoum-tsss!).

Ma note: 7/10

The Horrors
Luminous
XL Recordings
52 Minutes

www.thehorrors.co.uk

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Wr7TAfOkEVc[/youtube]