Critiques

Tallies

Patina

  • Hand Drawn Dracula
  • 2022
  • 34 minutes
7

Le groupe torontois Tallies présentait récemment son deuxième album. Son dernier, homonyme, paru en janvier 2019 avait présenté pour la première fois ce groupe de rock rêveur aux publics nord-américains. Avec Patina, la formation repart des bases de celui-ci et pousse un peu plus loin l’enveloppe. On y retrouve un rock aérien qui se colle à merveille à la voix de Sarah Cogan, elle qui a un souffle dans son grain. De plus, elle est capable de livrer de très bonnes mélodies vocales.

C’est le cas sur l’excellente Hearts Underground qui est quasi irrésistible avec ses rythmes entraînants et son interprétation efficace. Ça ne révolutionne pas le rock, mais ça fait drôlement bien ce que le pop-rock doit faire. On reconnaît assez vite les influences de la fin des années 80 et du début des années 90. On ne peut pas passer à côté de celle des Smiths qui s’entend partout sur Patina.

Parmi les autres bons moments de Patina, on retrouve l’accrocheuse Special qui présente encore une fois Sarah Cogan sous son meilleur jour. Sa mélodie vocale est parfaitement en lien avec la guitare aérienne de Dylan Franklin. Parfois, le groupe se fait plus rock et « shoegazé ». C’est le cas sur Wound Up Tight qui offre une version plus musclée du trio. On la retrouve aussi sur Memento qui est plutôt puissante musicalement.

D’une certaine manière, ce côté est aussi présent, mais en version légère sur No Dreams of Fayre qui ouvre Patina. Ce qui marque le plus sur ce nouveau long format sont les mélodies vocales de Cogan qui nous montre encore le meilleur d’elle-même sur Catapult ou encore sur When Your Life Is Not Over où son interprétation est puissante.

Par contre, au point de vue de l’originalité, ce n’est pas tout à fait la proposition la plus novatrice. Tallies fait bien ce qu’il fait, mais on y retrouve un ressassement d’influences assez communes qui ont été réutilisées abondamment au cours des dernières années. C’est un album efficace, mélodieux et intéressant, mais pas le genre d’albums qui offre des surprises. On est plutôt exactement là où on attendait Tallies.