Critiques

Sumie

Sumie

  • Bella Union
  • 2013
  • 34 minutes
7

Sumie-Sumie2-500x505Puisque la jeune femme n’avait jusqu’ici que quelques démos à proposer aux amateurs de musique, peu de gens, exception faite de sa famille, connaissait véritablement celle qui porte le nom d’artiste de Sumie. Voilà qui changera, avec l’arrivée ces jours-ci, de son premier «vrai» disque.

Elle s’appelle Sandra Sumie Nagano. Et a pour sœur Yukimi, la chanteuse du groupe électro-pop suédois Little Dragon. Mais ce lien familial ne vient cependant en rien influencer la musique de Sumie qui, au contraire de sa dansante de sœur, ne propose pas sur son disque éponyme de se déhancher les hanches. Bien au contraire.

En fait, il faut plutôt diriger nos lectures vers la terminologie du mot «sumi-e» pour comprendre l’essence de la proposition musicale de Sandra Nagano.

Comme on le sait tous (!), ce mot désigne, en japonais, un dessin fait à l’encre et n’utilisant qu’une seule couleur, diluée, permettant ainsi l’obtention de différentes intensités. En chinois, tout comme en français, on connaît cette façon de peindre sous le nom de la technique de lavis – Victor Hugo était d’ailleurs un grand amateur de cet art pictural, mais ça, c’est évidemment une autre histoire.

Sandra Sumie Nagano s’en inspire donc; minimalisme dans l’apport instrumental, seule la sonorité d’une guitare sèche accompagne ses textes (exception faite de Sailor Friends, où des notes de piano sont également entendues, et de Speed Into, où l’on perçoit, au loin, quelques coups d’archet sur les cordes d’un violoncelle).

Une grande place est ainsi laissée à la répétition des sonorités sur ce disque composé de dix courtes chansons: une corde de guitare pincée à la fois, chanson après chanson, comme un cœur qui bat, doucement, sans s’emporter, régulier.

Et c’est sous ces petites notes douces et diluées qu’elle aborde, d’un filet de voix claire, les sempiternelles peines d’amour, cœur brisé et autre fin de vie à deux. Pas jojo, on en convient, mais bien ficelé.

À cette ère où la surexposition des bruits et des sonorités est la norme dans l’industrie musicale, on salue la simplicité volontaire proposée par Sumie Nagano.

Ma note: 7/10

Sumie
Sumie
Bella Union
34 minutes

www.sumienagano.com

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.