Critiques

Sean Nicholas Savage

Life Is Crazy

  • Arbutus Records
  • 2020
  • 39 minutes
7,5

Life Is Crazy, le nouveau disque de l’auteur-compositeur-interprète albertain Sean Nicholas Savage, ne ressemble à rien de ce que nous avons pu entendre de lui au fil de sa prolifique carrière. Et prolifique est peu dire, puisque le musicien de 34 ans établi à Montréal a livré quatorze albums en 12 années de carrière, quand même.

Donc, on ne présente ici ni batterie, ni basse, ni synthétiseurs sur l’album, SNS est accompagné pour la première fois strictement de piano (joué par Marcin Masecki) et de cordes luxuriantes (du compositeur Owen Pallett). La voix assurée de Lulu Hugues s’invite aussi sur les pièces Save My Life et Nothing As It Seems.

C’est en effet son travail le plus distinct de tous : Life Is Crazy est un excellent disque qui détonne du reste de ses compositions parce qu’il troque la pop lo-fi pour une production beaucoup plus léchée. Il explore une poésie déchirante et personnelle où la disparition, la recherche de soi, la mélancolie et l’amour perdu sont des thèmes récurrents. La pureté des arrangements laisse irrésistiblement l’écriture de SNS à nu comme jamais auparavant.

« that’s what makes me wanna sing
something i can never be
that’s the way i wanna feel
like nothing’s the way that it seems »

– Nothing As It Seems

Même si la justesse de la voix du blondinet n’a jamais été sa force, celui-ci étonnera toujours en s’époumonant jusqu’à s’en arracher l’âme. Life Is Crazy n’échappe pas à la règle. D’autant plus que le musicien expérimente ici une énergie vocale se rapprochant davantage de ses performances live, avec une voix frêle, pliant sous l’émotion vraie. Son chant, faisant partie intégrante de son identité d’artiste, n’a pas toujours été représenté sur ses albums studio précédents.

Impossible de dire ou non s’il est sage de consommer Life Is Crazy lors d’une peine d’amour, tant le contenu lyrique peut être mélancolique et prenant. Si l’on est prêt à tendre l’oreille, on peut écouter l’album en boucle, de A à Z, sans trop se rendre compte dans quelle pièce on se retrouve; tout est imbriqué avec fluidité, puis l’univers sonore est semblable d’un titre à l’autre. Le disque propose une trame sonore contemplative idéale pour les journées grisâtres aux réflexions existentielles.

« a moment in this world is all we have
a moment in this world this could be the one you’re fighting for
a moment in this world that’s all we got and nothing more »

– A Moment

Si Life Is Crazy avait été proposé à un.e autre artiste à la voix de rossignol, on serait tombé dans le quétaine et même le parodique, pis pas à peu près, puisqu’on frôle de près l’univers théâtral. Toutefois, Sean Nicholas Savage capte l’attention de l’auditeur pour l’emmener dans son univers scintillant, dramatique et vibrant d’émotion. Une réussite!

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.