Critiques

Naya Ali

Godspeed : Baptism (Prelude)

  • Coyote Records
  • 2020
  • 23 minutes
7

Avons-nous déniché la prétendante au trône du rap jeu canadien ?

En période d’apocalypse, mélomanes que nous sommes, écoutons (avec temps et raison) une tonne de galettes en boucle. Ce premier LP plutôt bref, mais ô combien succulent de la Montréalo-Éthiopienne n’a pas échappé à mon oreille hyperactive. Sur Godspeed : Baptism (Prelude), Naya Ali, la protégée de Coyote Records, transmet cette urgence de créer et de réussir, à la vitesse de la lumière. D’ailleurs, Godspeed matérialise cette essence, cette accélération vers le succès, son ascension fulgurante.

« Godspeed Godspeed Godspeed

I know this shit like lightning

I know it takes some time but

I can’t fold like origami »

– Godspeed

Vivant pleinement de son art, on ressent cette fierté, ce feu sacré qui l’anime. On raconte qu’elle veut défaire les codes du rap et à ça, je réponds bravo. Personnellement, j’ajouterais qu’elle défonce des barrières à défaut de défaire les codes (pour l’instant).

Qu’on soit Adam, Ève ou un mélange entre les deux, si t’as du flow pis des bangers, tu devrais avoir ta place dans la montée en force du rap queb. It’s about time les chums !

Pour en revenir à l’opus de notre principale intéressée, c’est du bonbon qu’on avale trop rapidement pour n’importe quel cramé de hip-hop. Attention, il ne faut pas s’attendre à des 16 bars mitraillés à couper le souffle, ni à des verses abondants et multisyllabiques. La force de Naya est plutôt dans la mélodie de ses refrains chantés et du rythme qu’elle donne à ses courtes lignes. Pour ce qui est des instrus, elles sont lissées, ficelées et léchées comme jamais. Parlant de léchage et lissage, elle rend un hommage pop au beurre de karité (qu’on produit en Éthiopie) sur Shea Butter.

« I aint tryna be the one to take my life away

Then I walked up out darkness had to find my way

It’s like the moral of the story fail and walk the stage

Then Im whippin up these coastes on the furthest day »

– Shea Butter

Généralement, elle opte pour des sons influencés par le trap de la côte-est américaine, digne d’Atlanta ou de Miami. Qu’on aime ou non, il faut reconnaître que la production est digne des grand.es du mouvement.

Outre Godspeed, dont je faisais référence plus tôt, les deux autres titres phares de l’album sont certainement, à mon humble avis, Get it Right et G.O.A.T. Talk. La première se décline en deux versions : une pièce «bonifiée» de Souldia et MB. Si l’apport des deux street MC’s est plutôt rafraîchissant, je trouve les verses assez génériques merci. Malgré tout, Ali y va d’un ver d’oreille réglé au quart de tour qu’on n’a pas fini d’entendre dans les émissions de radio de hip-hop canadienne.

Seul bémol à Godspeed : Baptism (Prelude) ? Selon moi, c’est sa durée. Après tout, ce n’est que le commencement.

Maintenant qu’on peut mettre un crochet au côté de son baptême, mon petit doigt en pandémie me dit que la première communion ne saurait tarder…

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.