Critiques

Loud

Tout ça pour ça

  • Joy Ride Records
  • 2019
  • 32 minutes
8
Le meilleur de lca

So far so good, la carrière de Loud va bien. Si bien qu’on oublie parfois qu’il faisait partie du groupe Loud Lary Ajust jusqu’en 2016, soit jusqu’au moment où les membres ont décidé de se développer en solo chacun de leur côté. Après Une année record, album paru en 2017, Loud revient avec un deuxième opus, Tout ça pour ça.

Tout ça pour ça, c’est certainement l’album québécois le plus attendu de l’année. Avant la première écoute, et un peu pour tout le monde, les attentes étaient très hautes, et Loud ne pouvait pas se tromper, sinon, les critiques se seraient fait un plaisir de le planter. Je vous rassure : Loud est loin d’être un feu de paille!

D’ailleurs, l’engouement pour son spectacle de lancement le 31 mai au Centre Bell était si grand qu’une supplémentaire a été ajoutée le 1er juin. Une première pour un rappeur québécois. Qu’on se le tienne pour dit, il est au top du rap game.

Avec Une année record, Loud mettait la table pour exposer son talent au grand public. Ça en prenait, de l’audace, pour s’établir comme le meilleur dans sa catégorie, comme le padre du rap. Sur son deuxième album, Loud parle plutôt de son évolution et de ses accomplissements depuis la sortie d’Une année record il y a deux ans.

« On fait l’histoire sans faire d’histoire (…)

C’est moi qui mène donc qui m’aime me suive (…)

Tous les rappeurs québécois sont perchés à mon tu sais quoi

Y peuvent pas comprendre ce que c’est que d’être seul au sommet »

Sans faire d’histoire

Un peu comme Eminem, Loud sait qu’il est au top. Il se permet de le crier sans gêne, et c’est un peu ce qu’on aime chez lui : il est le meilleur, il le sait et il le dit. Ça passe bien parce que c’est ce à quoi le personnage nous a habitués. Une attitude désinvolte remplie de classe, c’est ce qui définirait bien Loud.

Sur Tout ça pour ça, Loud continue de collaborer avec les membres de son ancien groupe, soit avec Lary Kidd et Ajust. Il signe aussi un duo (que vous risquez fortement d’entendre à la radio) avec Charlotte Cardin.

Oui, il faut apprécier le rap pour aimer (adorer) Tout ça pour ça. Cependant, l’album est assez grand public et s’écoute bien. Tout le monde peut y trouver son compte et aimer les rythmes à un moment ou à un autre.

Tous les ingrédients sont réunis pour que Loud continue sur sa lancée fulgurante. Toujours excellent, toujours poignant dans ses textes et toujours mystérieux, le rappeur a su redorer l’image du rap québécois. Plus personne ne grimace lorsqu’on parle de rap québécois : on pense d’abord à Loud, à son talent et à son bassin de fans au Québec, mais aussi en France et en Belgique. Il vise d’ailleurs à continuer son ascension européenne dans les prochains mois.

« Jamais de la vie j’voudrais d’une vie normale »

Jamais de la vie