Critiques

Lightman Jarvis Ecstatic Band

Banned

  • Flemish Eye
  • 2021
  • 44 minutes
5

Le Lightman Jarvis Ecstatic Band est un duo formé de l’artiste montréalais de réputation internationale Yves Jarvis et de Romy Lightman, membre de la formation Tasseomancy. En juin dernier, le tandem nous proposait leur première collaboration en carrière : Banned. Ce premier long format a été enregistré en plein air au Tree Museum; une galerie d’art situé dans la campagne ontarienne et qui accueille depuis près de 20 ans des sculpteurs canadiens en résidence. Les quelque 200 acres d’espaces naturels bordant les créations artistiques sont devenues, au fil de l’enregistrement, la principale source d’inspiration de la paire.

Le titre de l’album évoque, semble-t-il, le « fruit défendu » … et qui ne l’est plus depuis la fin des années 60 au point où une industrie, mécanisant et exploitant sans vergogne les corps, déshumanisant la sexualité, est devenue l’une des plus lucratives, tous secteurs confondus.

Panachant des genres musicaux comme le folk psychédélique, la musique expérimentale et le rock, Banned est un album très difficile à assimiler. Pourtant, ce n’est pas comme si l’auteur de ces lignes n’avait pas l’habitude des propositions exigeantes. Après de multiples écoutes, notre tout petit cerveau n’a toujours pas saisi le sens profond de cette proposition.

Malgré l’intérêt de la démarche (improvisations enregistrées en plein air, lien étroit avec la nature, etc.), un album expérimental doit raconter une « histoire ». Or, sur Banned, nous sommes conviés à entendre de multiples chorus, souvent bâclés, et qui ne possèdent aucune trame narrative à laquelle s’accrocher.

Ce premier album a plus de sens lorsque Jarvis et Lightman s’investissent concrètement dans des pièces plus structurées (Elastic Band) et qu’ils laissent en plan les nombreuses fioritures sonores et les distractions inutiles. Recurring Theme, par exemple, est une pièce qui aurait pu être intéressante, mais l’exécution de bric et de broc et les mélodies vaseuses de Jarvis et Lightman nous ont donné carrément le tournis. Même si Nymphea a été composé aux côtés de « nénuphars déchiquetés » et même si, mélodiquement parlant, Stomach Pit est une pièce prometteuse, ces morceaux n’aboutissent jamais à un résultat digne d’intérêt. De plus, Lightman et Jarvis nous assomment littéralement avec des moments instrumentaux inspirés de la musique ambiante et du mouvement new age. Becoming, entre autres, est futile.

Tout au long de l’écoute, une question itérative est venue accaparer notre esprit : « Quel est l’objectif qui se cache derrière la création cet album ? ». Pour aimer Banned, doit-on simplement se contenter d’écouter deux instrumentistes qui éprouvent du plaisir à brouiller les pistes, mais qui ne manifestent aucun intérêt à peaufiner leurs improvisations, se fiant uniquement à leur instinct ? Beaucoup de questions demeurent sans réponse à la suite de l’écoute de cette première offrande. Banned est un disque rempli d’idées intéressantes, mais qui ne se rend que rarement au bout de ses promesses !

* Dans le cadre de POP Montréal, le Lightning Jarvis Ecstatic Band sera en concert en compagnie de Howard Chackowicz, le vendredi 24 septembre prochain, dans un endroit tenu secret pour l’instant.