Critiques

Kaytranada

Bubba

  • RCA Records
  • 2019
  • 50 minutes
7,5

99,9 %, le premier album de Kaytranada, a certainement été l’un des albums montréalais les mieux reçus au Canada et à l’étranger en 2016. Lauréat du prix Polaris et du Juno du meilleur album de musique électronique l’année suivante, 99,9 % s’est classé dans plusieurs tops de fin d’année, dont ceux du Canal Auditif, d’ICI Musique, d’Exclaim, de Pitchfork, de The Guardian et de NME.

C’est dire que le deuxième opus de Kaytranada aurait pu être une des sorties les plus attendues de l’année. Mais elle s’est plutôt présentée comme une sorte de cadeau de Noël pour les amateurs de musique électronique : annoncé le 9 décembre dernier, Bubba était disponible dès le 13 décembre, juste à temps pour faire danser notre temps des fêtes… et pour mousser la présence du DJ montréalais à l’Igloofest, le 1er février prochain.

Réunissant encore une fois les contributions d’une impressionnante brochette d’artistes – incluant entre autres Pharrell Williams, Goldlink, Estelle et Kali Uchis, Bubba s’inscrit dans cette même veine néo-soul que 99,9 %. Dès les premières notes de l’album, on reconnaît le style distinctif de Kaytranada. Tout pour le groove : la basse vrombit et le wurlitzer qui plaque quelques accords jazzy. Puis, dès le second morceau, des voix soul, où s’entend une dose pas trop abusive d’Autotune. Le tout bien appuyé bar des beats de hip-hop un peu déconstruit.

Puis, à partir du quatrième morceau, le hip-hop se fait plus discret, cédant sa place au house. La basse, elle, continue à développer ses grooves funky, mais le beat, lui, devient plus répétitif, la grosse caisse marquant chaque temps. Des violons viennent même ponctuer l’album, lui donnant quelques accents disco.

Bubba est résolument taillé pour la piste de danse, construit pour un DJ set. Mais le tout est fait avec un grand raffinement. Les rythmes house ne tombent jamais dans la facilité, synthétiseurs et effets sonores construisent des atmosphères riches. Plusieurs belles mélodies viennent ponctuer l’album.

Mais voilà, malgré quelques succès en puissance – 10%, Gray Area, Vex Oh – l’univers proposé par Kaytranada demande qu’on se donne de bonnes conditions d’écoute. Deux choix s’offrent à l’auditeur : 1) mettre ses écouteurs et prêter attention à la subtilité des arrangements, 2) monter le volume et se laisser emporter par la danse. Autrement, Bubba peut rapidement ressembler à un long enchaînement de morceaux tous un peu semblables.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.