Critiques

Innerspace

The Village

  • Indépendant
  • 2013
  • 55 minutes
5,5

innerspace-the_villageInnerspace est un groupe de rock progressif montréalais qui a lancé, il y quelque temps déjà, un premier album: The Village. La formation compte dans ses rangs Phil Burton (voix et guitare), Simon Arsenault (guitare), Paul Aubry (claviers) et Thomas Sauvé (batterie).

À la première écoute, ce qui saute aux oreilles est l’IMMENSE influence que Pink Floyd a eu sur les quatre jeunes hommes. Leur son est calqué sur celui du mythique groupe anglais; particulièrement les atmosphères sitedemo.caiguées sur les deux derniers albums (A Momentary Lapse of Reason et The Division Bell). Que ce soit dans la construction des progressions, ou encore dans la voix de Burton (qui ressemble à s’y méprendre à celle de Gilmour) de même que dans les effets de synthétiseurs utilisés, tout fait penser à Pink Floyd!

The Village est un premier effort valable pour la jeune formation même s’il comporte quelques points faibles. Il faut dire que les quatre jeunes hommes sont doués et maîtrisent très bien leurs instruments. Par contre, la réalisation manque terriblement de gueule. Trop léchée et ampoulée, elle se met dans le chemin des compositions d’Innerspace… et cela vient aussi souligner en caractère gras le penchant du groupe pour les mélodies aériennes et épiques. De plus, cette réalisation trop parfaite vient transformer le son des solos de guitare (qui auraient eu de la gueule) en un sitedemo.cauit dérivé kitsch des années 90.

La bande réussit tout de même à sortir de sa zone de confort sur quelques pièces et c’est précisément dans ces instants que le groupe devient plus intéressant. Un de ces moments est Slippery Case Part I qui, à plusieurs niveaux, montre le potentiel de la formation. Que ce soit la batterie qui est plus dynamique ou les variations plus prononcées dans la progression de la chanson, on sent un je-ne-sais-quoi de plus qui captive. Un des défauts d’Innerspace est le manque flagrant d’énergie. La formation fait la preuve qu’il est capable de compositions dynamiques avec la toute dernière pièce de l’album: Land Of Reason.

Bref, Innerspace ne laisse planer aucun doute sur son talent et promet de bien belles choses dans le futur, car à travers la réalisation qui laisse fortement à désirer, et leur petite tendance à rester trop collé sur leurs influences, la formation montre aussi qu’elle est dotée de capacités techniques indéniables. Gageons qu’Innerspace trouvera bientôt son propre son et qu’il nous gratifiera de pièces plus intéressantes et mordantes dans les années à venir.

Ma note : 5.5/10

Innerspace
The Village
Indépendant
55 minutes

www.innerspace-band.com/home.html

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.