Critiques

The High Dials

In The A.M. Wilds

  • Indépendant
  • 2015
  • 45 minutes
6,5

The High Dials - In The A.M. WildsThe High Dials fait partie de la scène montréalaise depuis plus de dix ans déjà. C’est autour de Trevor Anderson (voix et guitare) et Robbie MacArthur (guitare) que s’est érigée la formation. Celle-ci a changé quelques fois avant d’arriver à la mouture présente qui compte George Donoso III (ex-The Dears) à la batterie et Eric Dougherty à la basse. La formation fait paraître son cinquième album: In The A.M. Wilds.

On y compte quelques pièces parues dans la dernière année. Les trois pièces du maxi Yestergraves s’y retrouvent ainsi que la pièce titre du maxi Desert Tribe paru en juillet dernier. S’y ajoute une dizaine de pièces qui gravitent dans l’indie rock avec des sonorités fortement influencées par les années 80. Réalisé par Marc Bell (Kroy, Bran Van 3000), In The A.M. Wilds, comme le nom l’indique, plonge dans la vie nocturne où certains se trouvent et d’autres se perdent.

Cette double possibilité se retrouve aussi dans les pièces de l’album. Certaines sont plus rock, avec un petit quelque chose de groovy comme Yestergrave ou Afterparty. D’autres sont plus intimes, comme l’acoustique Flower On The Vine ou alors déconstruite comme Evil Twin. Alors que la nuit avance, la lente descente progresse et le groupe nous amène tranquillement vers Blank Spaces On The Map qui ferme la marche.

Sur In The A.M. Wild, on note quelques bons coups même si parfois on a l’impression que le groupe peine à se différencier comparativement à d’autres formations qui sont dans le même créneau. Heureusement la deuxième moitié d’album montre un côté intéressant du groupe, un peu plus osé, car la première partie, bien qu’exécutée avec une précision louable, finit par lasser avec ses mélodies convenues. Impossible Things en est un bon exemple, bien qu’entraînante et sympathique à l’oreille, on s’en lasse rapidement.

Un cinquième album plutôt réussi pour The High Dials qui nous donne quelques bonnes pièces entraînantes qui évoquent les planchers de danse du samedi soir et les néons roses fluo. L’amateur d’indie rock aux influences des eighties risque de bien apprécier la galette du quatuor.

Ma note: 6,5/10

The High Dials
In The A.M. Wild
Indépendant
45 minutes

http://thehighdials.net/


 

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.