Critiques

Gorguts

Colored Sands

  • Season of Mist
  • 2013
  • 63 minutes
8
Le meilleur de lca

p17te4pighve6vtl8cfcie1mp54Cet automne, nous assistons au retour de pas un, mais bien deux groupes phares du death metal qu’on avait crus perdus pour de bon. Il y a les Anglais de Carcass, mais il y a aussi la formation Gorguts du Québécois Luc Lemay, qui lance son premier album en tant que Gorguts depuis From Wisdom To Hate en 2001.

Lemay s’était trouvé un acolyte de taille en Steeve Hurdle, qui est mort en 2012 de complications après une chirurgie. Hurdle et Lemay ont fait équipe sur l’album Obscura en 1998, une œuvre avant-gardiste et expérimentale qui avait désarçonné bien des fans de death metal conventionnel. D’abord considéré comme une curiosité musicale, Obscura s’est peu à peu imposé comme un précurseur au métal hyper-technique de groupes comme Deathspell Omega, Portal et Ulcerate. Steeve Hurdle a quitté Gorguts avant l’album From Wisdom To Hate (2001), mais les deux guitaristes ont uni leurs forces à nouveau en 2006 au sein du projet de Hurdle, Negativa, dont l’unique mini album venait jouer dans les platebandes chaotiques, polyrythmiques et progressives de l’album Obscura.

Il n’était donc pas clair depuis 2001 si Lemay allait un jour pondre un nouvel album de Gorguts, mais les idées sont venues et il a trouvé les musiciens qu’il fallait pour les mener à terme (notons la présence du bassiste et guitariste Colin Marston de Krallice et de Behold… The Arctopus). Le résultat est Colored Sands, qui n’est ni un retour au death metal classique de ses origines ni une continuation du bruit cauchemardesque d’Obscura. Lemay se sentait cette fois inspiré à composer des pièces longues, progressives et plus émotives que ce qu’il avait fait par le passé.

Colored Sands est immensément ambitieux, voire un tantinet trop ambitieux. Lemay a composé une pièce classique interprétée par un quatuor à cordes, et si l’intention peut sembler noble, le résultat montre aussi les limites de ses capacités, sonnant plutôt comme une bande sonore de film d’horreur générique. Quand la troupe de Lemay s’en tient à ses forces, par contre, on ne peut qu’être impressionné. Ces pièces longues et chargées pourront sembler étouffantes et difficiles à absorber même par les fans du genre, mais Gorguts nous fait passer de sommets d’une intensité terrifiante à des vallées atmosphériques et tendues. Vingt-cinq ans après son premier album, Gorguts reste une proposition death metal pertinente et audacieuse qui n’a pas fini d’influencer les jeunes musiciens.

Ma note : 8/10

Gorguts
Colored Sands
Season of Mist
63 minutes

www.gorguts.com/wp/

[youtube]http://youtu.be/Vk7nb-idmdI[/youtube]