Critiques

Fred Fortin

Microdose

  • Grosse Boîte
  • 2019
  • 35 minutes
7,5

Ce matin, une belle surprise attend les fans de musique québécoise : le bon Fred Fortin est de retour avec un nouvel album intitulé Microdose. Conçu en catimini dans son patelin jeannois de Saint-Félicien, le multi-instrumentiste effectue un retour aux sources en réalisant son disque tout seul. Bien entendu, les chums habituels viennent prêter main-forte au barde, mais de manière plus éparpillée : Olivier Langevin à la guitare, François Lafontaine aux synthétiseurs, Eric Hove à la flûte traversière et Joe Grass au lap-steel.

Cette fois-ci, Fortin s’éloigne de la « grosse production » de son précédent effort – l’excellent Ultramarr – comme s’il voulait retrouver son essence, renouer avec ses racines, tentant ainsi d’esquiver le mythe qui se construit lentement, mais sûrement, autour de lui. Fortin est humble et se fout totalement du fla-fla médiatique, commérages et autres balivernes qui, bien souvent, éloignent un musicien de l’essentiel : faire de la bonne musique!

Le quasi cinquantenaire nous propose un disque sincère, pimenté d’un humour narquois, en plus de faire preuve d’autodérision tout au long de l’album. D’entrée de jeu, Fortin nous balance une pièce-titre magnifiquement baveuse; une sorte de folk rock duveteux, inspiré par le soft-rock californien des années 70 :

« Je connais des adeptes de la microdose

Ce sont des geeks, des intellos

Ils ne mangent que végane, intégrale, bio

Et les vapeurs fermentent dans leurs cerveaux

J’te mets au défi, d’écrire une toune

Qui raconte presque rien

Utilisant des accords majeurs sept

C’est tellement beau

C’est tellement San Francisco »

Microdose

On retrouve donc le Fortin irrévérencieux des albums Le plancher des vaches (2000) et de Joseph Antoine Frédéric Fortin Perron (1996), mais l’auteur dévoile également quelques morceaux de sa vie intime (Cave et Bocal) et remet en question quelques-uns de ses « égarements » (Cuite).

Même s’il y a des moments qui font office de remplissage (Wendy… la nouvelle fixation canine de Fortin), Microdose est un succulent amuse-gueule. On préfère le musicien en mode plus ambitieux et nuancé, mais un album de Fred Fortin sera toujours le bienvenu dans cet univers musical québécois qui nous semble parfois un peu aseptisé.

Sans atteindre les hauts standards de Plastrer la lune (2009) ou de Planter le décor (2004), Microdose est largement supérieur à une vaste majorité de productions dites « traditionnelles » qui voit le jour au Québec.

En plus des pièces mentionnées précédemment, on vous conseille de prêter l’oreille à Led Zeppline (pièce qui aurait pu paraître sur Ultramarr), au blues-rock Cracher en l’air, à l’émouvante King Size ainsi qu’à la sarcastique Redneck; du bon rock sudiste à la sauce Fortin.

Microdose est un disque qui va droit au but, sans fioritures, où l’on redécouvre le Fred Fortin un brin insolent, mais toujours aussi émouvant.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.