Critiques

Fanny Bloom

Liqueur

  • Grosse Boîte
  • 2018
  • 40 minutes
8
Le meilleur de lca

Allô Fannyje ne te connais pas, mais j’ai un peu l’impression que oui. Bon, j’avoue que connaître quelqu’un à travers sa discographie, c’est un peu exagéré, tu vas dire. À travers ces trois albums solos (et ton beau solo piano), j’ai parcouru beaucoup avec toi. Des premiers souffles d’Apprentie guerrière, en passant par ton deuxième très bel effort Pan, je t’ai toujours perçu comme une petite bouée de sauvetage musicale. Piscine est dans ma playlist de course et de gym depuis des lunes. Sammy, Sammy pop-up une fois de temps en temps quand j’ai envie (besoin) d’une grande ballade épique. Respirer la fumée et Parfait Parfait m’activent à chaque fois que je les entends.

Et là, tu viens de mettre au monde Liqueur, un troisième album – ton meilleur, à mon avis – que tu as voulu plus spontané, qui fait montre d’une très belle progression musicale. À l’écoute de Jaser jaser, Au réveil et Liqueur, et des premiers extraits, Petit bois et la bombe On s’aimera, on te sent libre. Ou libérée de toute contrainte; de celles qu’on te mettait, de celles que tu te mettais, du carcan « auteure-compositrice-interprète » dont je sens que tu voulais te défaire depuis longtemps. Au final, ce nouvel opus est plus complexe et plus senti, et peut-être mieux exécuté que ses prédécesseurs. On dirait que tu es maintenant maître de tes choix, que c’est toi qui diriges. Tu assumes à 200% ton givrage sucré (pardonne-moi la référence, loin de moi l’idée de te comparer à un mini-wheat). Tu le dis toi-même, dans l’excellente Queue leu leu (quand même, il faut te donner des points bonis pour avoir réussi à faire une chanson avec ce titre!!!) :

Je suis au bon endroit / Au bon moment / Devant le miroir
Où je souhaite ardemment / Retrouver l’enfant / Que je suis dans ma mémoire

Nappées dans un électro-pop des plus actuels, ces onze nouvelles chansons sont lumineuses et vivantes. Pétillantes comme ton « apérol-spritz » préféré, elles ont un petit quelque chose de bien personnel et organique. Oui, c’est électro-pop, avec des basses et des boîtes à rythmes bien présentes (on pense à Milk & Bone ou à Laurence Nerbonne) telle qu’on te reconnaît bien dans le genre. Pourtant, il y a d’autres couches, d’autres influences, tantôt R&B et coquine avec des fioritures de flûtes traversières, des cuivres et des petits clins d’oeil coquins (Liqueur, la pièce titre et Juré craché), tantôt cabaret (Jaser jaser), tantôt féministe et un tantinet engagée (Au réveil). Malgré tout, tu ne tournes pas le dos à ton côté chanson française pour autant, comme on l’entend sur Lily, le moment le plus touchant de cette nouvelle collection de chansons. Il y a même Karim Ouellet qui vient égayer Nos coeurs.

Il en résulte une écoute dynamique et vivifiante, comme une brise chaude du printemps qui te porte jusqu’aux soirées chaudes d’été. Je vois Liqueur comme une sorte de renaissance, un renouveau, une nouvelle direction plus assumée.

Bref, j’espère que tu es satisfaite et fière de toi.

Au plaisir de te voir t’épanouir sur scène et sur tes prochains disques.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.