Critiques

Earl Sweatshirt

Some Rap Songs

  • Columbia Records / Tan Cressida
  • 2018
  • 25 minutes
8
Le meilleur de lca

Earl Sweatshirt n’a donné que 10 jours de préparation à tous en vue de la sortie de son nouvel album simplement titré : Some Rap Songs.  Ce troisième album arrive quelques mois après le décès de son père. Ce dernier a été très présent dans la discographie de son fils à défaut d’être présent dans sa vie. Le père de Sweatshirt est le poète et activiste sud-africain Bra Willie.

L’autre chose qui frappe à l’écoute de Some Rap Songs est la facture audacieuse des trames qui supportent ses mots. Contrairement à son habitude, Sweatshirt s’est aussi impliqué dans la production des chansons de l’album. On remarque rapidement les influences de Kanye West sur l’utilisation d’échantillons. On y retrouve aussi du soul ou des chansons marquantes de la culture afro-américaine comme cet échantillon de Shattered Dreams du groupe The Endeavors sur la chanson qui porte le même titre.

Peace to every crease on your brain
Peace to who came before me in the game
We givin’ praise and glory to your name, kid
We cellophane your story so it stays
Since birth mama raised and burped me, I ain’t changed
I’m a man, I’m just saying that I stayed imperfect

— Veins

Cette chanson utilise une fois de plus un échantillon à la Kanye West, mais avec ceci, sa boucle est hyper évidente. Ce n’est pas fait de façon anodine. Earl Sweatshirt nous provoque comme un magicien qui oserait nous montrer la magie derrière la magie. On retrouve toujours la même voix caractéristique et grave qui livre les mots de sa plume en jouant avec les rythmes de manière habile et originale. Earl Sweatshirt a de la personnalité et c’est ce qui peut autant déranger qu’intéressé dans son rap.

December 24 rappelle les bons moments des deux premiers albums avec son rythme un peu plus rapide et son implication plus agressive. C’est toujours plaisant quand Sweatshirt donne l’impression d’envoyer chacun de ses mots comme des poignards contestataires. Certaines pièces sont résolument marginales comme la bizarre Nowhere2go qui finit par faire son chemin en raison du rap qui est efficace et la touche de soul dans l’échantillon qui trouve le chemin vers les tympans.

Some Rap Songs est un album beaucoup plus difficile à digérer de la part d’Earl Sweatshirt. C’est volontairement plus marginal et confrontant. Il y a une grande douleur qui habite l’œuvre du jeune américain. C’est un rap mélancolique et souvent fâché de blessure. Sweatshirt s’ouvre les plaies avec une honnêteté qui désarçonne et qui ose aller dans les recoins sombres de son âme sans céder à la pudeur. Et comme d’habitude, ça fonctionne.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.