Critiques

Converge + Chelsea Wolfe

BLOODMOON: I

  • Epitaph Records
  • 2021
  • 59 minutes
8
Le meilleur de lca

Je ne sais pas comment était votre dernier week-end, mais de mon côté, j’en ai passé une bonne partie à lire les commentaires de fans déçus par le dernier album de Converge sur différents groupes Facebook consacrés à Jake Bannon, Nate Newton, Kurt Ballou et Ben Koller. Chaque sortie du groupe du Massachusetts est attendue de pied ferme par un bassin d’admirateurs très large et tout le monde savait que ce 10e album serait fort différent en raison de l’ajout de Chelsea Wolfe, Ben Chisholm et Stephen Brodsky au rang de la formation. Selon ce que j’ai pu lire, ce n’est pas tout le monde qui avait anticipé à quel point ce serait différent.

Reculons un peu dans le temps. La genèse de l’album remonte à 2016 alors que Converge présente une série de concerts intitulée Bloodmoon, en collaboration avec les trois musiciens mentionnés plus haut et Steve Von Till de Neurosis. Leur objectif était alors de présenter des interprétations post-rock et ambiantes des chansons plus lentes et moins connues de la formation. Les musiciens ont tellement eu de plaisir à travailler sur ce concert qu’ils ont rapidement décidé de faire un album ensemble.

Pour ce qui est de la collaboration avec Stephen Brodsky, c’est loin d’être surprenant. Converge et Cave In ont une relation quasi incestueuse depuis très longtemps et les membres de ces deux groupes partagent plusieurs autres projets (Old Man Gloom, Mutoid Man, Wear Your Wounds, etc.) et forment pratiquement la genèse de ce qu’il convient d’appeler la faction champ gauche du métal américain.

Dans le cas de Chelsea Wolfe et son acolyte Ben Chisholm, ils flirtent depuis longtemps avec cette même brigade et leur doom-folk aux accents goth se marie fort bien avec des influences plus lourdes. La dame a enregistré avec Deafheaven et invité l’illustre Aaron Turner (Isis, Old Man Gloom, Sumac et Split Cranium, pour encore une fois n’en nommer que quelques-uns) sur son album Hiss Spun. Elle se retrouve donc elle aussi en territoire familier dans les plates-bandes de Converge.

C’est d’ailleurs elle qui tire le plus fort sur la couverte, si on peut dire. Par exemple, Viscera of Men commence par le seul moment vraiment agressif de l’album, pour ralentir dès sa 20e seconde et devenir une chanson de Chelsea Wolfe pur jus. Son univers ténébreux est réellement l’élément dominant de l’album, particulièrement sur la chanson titre, sur Coil et sur le quatuor de pièces qui ferment l’album (Scorpion’s Sting, Daimon, la sublime Crimson Stone et Blood Dawn). Son influence est si forte qu’elle arrive même à faire chanter Jacob en voix clean à plusieurs reprises. Il s’en tire d’ailleurs fort bien.

Les pièces où l’on reconnaît davantage le son de Converge (solos dissonants et riffs plus lourds) me plaisent davantage et se pointent en milieu de parcours. C’est le cas de Tongues Playing Dead, avec son jeu de guitare tortueux et son Jake Bannon en mode criage dans le tapis, ainsi que de Lord of Liars, où la voix de Jake complémente le chant le plus aigu de mademoiselle Wolfe sur un rythme musclé et saccadé.

Failure Forever, la 7e piste de l’album, nous offre la chanson la plus accrocheuse de la discographie de Converge. Un véritable hit à la fois sensible et puissant. Bon, il y a un peu de triche de ce côté-là puisque c’est clairement une chanson de Cave In chantée par le duo Brodsky-Bannon. Le leader de Cave In est l’un de mes mélodistes américains favoris et il ne déçoit pas du tout quand il s’approprie les projecteurs ici et sur Flower Moon. Je lui remets l’étoile du match sans hésiter.

Au final, je comprends que certains puissent trouver que le concept manque de cohésion, qu’il y a trop de chanteurs et que le groupe nous a habitués à des œuvres beaucoup plus urgentes et agressives. Ils auraient peut-être dû vendre le projet en inversant les noms de Converge et de Chelsea Wolfe, mais bon… Je trouve que le mélange des trois influences est parfaitement dosé et je ne serai pas déçu si Bloodmoon: II finit par exister. Il faut juste éviter d’oublier la nature collaborative du projet pour passer un bon moment. C’est un album de grande qualité qui gagne beaucoup à être écouté à répétition. À l’aube de la cinquantaine, les gars de Converge ont réussi à me prouver qu’ils pouvaient sortir des sentiers qu’ils ont battus eux-mêmes en demeurant pertinents et miss Wolfe a hérité de l’un de ses meilleurs disques en carrière.