Critiques

Chastity

Home Made Satan

  • Captured Tracks / Dine Alone Records
  • 2019
  • 27 minutes
7,5

Brandon Williams est de retour avec son projet Chastity qui lance un deuxième album en deux ans. En 2018, la formation avait proposé Death Lust, son premier album qui tirait des influences des Deftones et du rock emo plutôt artistique. Ses paroles racontaient les tribulations d’un jeune homme issu d’une banlieue canadienne.

Chastity en remet sur Home Made Satan, mais prend cette fois une avenue un peu plus pop pour livrer ses chansons. Ce qui ne veut pas dire que les moments bruyants sont complètement absents de cet album, mais c’est beaucoup moins lourd que le précédent.

In a world bad an bleak
We could keep each other healthy
Sun poisoning, sun poisoning in me
Do you really want to see
if you can make me happy? Is it sun poisoning?

Sun Poisoning

Sun Poisoning est un excellent exemple d’une certaine lourdeur rock que Chastity réussit à conserver tout en livrant le tout avec une sensibilité pop accrue. Ce qui n’est pas le constat qu’on fait sur Flames alors que le côté indie-rock et pop prennent entièrement le dessus. Par contre, la mélodie de Williams est franchement efficace. Même son de cloche du côté de l’excellente The Girls I Know Don’t Think So. Celle-ci est un appel à l’ouverture d’esprit et à un peu plus de douceur entre les humains:

“No need for hostility”, it’ll keep you from questioning
when he is spewing, it could keep you from speaking
Complacency, no direct acting
CONDESCENDING “it’ll keep on happening”

The Girls I Know Don’t Think So

On retrouve les thèmes qui lui étaient déjà chers sur Death Lust. La bataille constante contre l’anxiété, la quête du bonheur quasi impossible et la condition humaine en général. Il se fait aussi acerbe sur Dead Relatives, une pointe directe à la droite conservatrice canadienne.

Red fireworks in the summer for native blood,
Conservative vote for dad and mum
Those 2 imagine they’re getting in to heaven,
When a fetus kills in non consent fuck them

Dead Relatives

Last Year’s Lust est une pièce sur le combat contre le FOMO et une célébration du besoin de prendre du temps loin du reste de la société. Au final, ce qui semble primé un peu partout sur Home Made Satan, c’est cette idée de besoin individuel et de respect de soi.

Chastity livre un deuxième album plus pop aux mélodies efficaces et aux riffs franchement intéressants. C’est un peu moins lourd et un peu moins poignant que Death Lust, mais ça livre la marchandise tout de même. Chastity est un artiste à surveiller si vous aimez le rock emo.