Critiques

Braids

Flourish//Perish

  • Arbutus Records
  • 2013
  • 54 minutes
7

braids_flourish-perishLe groupe Braids avait fait un tabac avec son premier album, Native Speaker, paru en 2011. Depuis la formation a perdu un de ses membres. En effet, Katie Lee a quitté le navire l’année dernière, mais les trois autres créateurs ont décidé de poursuivre l’aventure. Raphaelle Standell-Preston, Austin Tufts et Taylor Smith ont donc enregistré l’album à Montréal au cours de 2012.

Flourish//Perish représente un virage beaucoup plus électro pour la formation originaire de Calgary. Bien que ce fût toujours un élément présent dans la musique de Braids, cette fois-ci la guitare brille par son absence; seule la batterie se pointe le bout du nez à l’occasion. Les synthétiseurs et la programmation prennent toute la place et Standell-Preston vient y glisser sa voix qui se veut parfois aérienne et parfois plus ancrée. Étrangement, cet album rappelle un autre projet paru en début d’année (dans lequel fait partie Standell-Preston) et qui se nomme Blue Hawaii.

Il est très difficile de ne pas tracer un lien entre les deux formations. On se retrouve dans un univers sonore très semblable et la jeune chanteuse y va de plusieurs effets de voix qui rappellent Blue Hawaii. On retrouve aussi parfois la même froideur sonore. Girl et Hossak en sont deux fiers porte-étendards. Braids y va aussi de bons coups comme l’excellente Fruend où l’environnement sonore se déploie en progression afin de faire place à la voix envoûtante de Standell-Preston. S’y trouvent aussi les deux pièces-titres du maxi paru en juin dernier: In Kind // Amends. Ces morceaux animés par la présence d’une batterie de même que par une programmation rappellent éloquemment l’univers musical élaboré sur Native Speaker.

Même si Braids progresse et recherche, on demeure un peu nostalgique des guitares et de la batterie qui avait une place bien plus importante sur leur premier opus. Flourish//Perish est austère à l’écoute et il vient difficile de s’y accrocher à quelque chose de tangible puisque les mélodies du trio sont elles aussi hors convention. N’en reste pas moins que la bande à Standell-Preston offre un effort honnête et un album loin d’être inintéressant. Si vous aviez apprécié Blue Hawaii, vous risquez d’affectionner le nouvel opus.

Ma note : 7/10

Braids
Flourish//Perish
Arbutus Records
54 minutes

braidsmusic.com/

1 commentaire

  1. Francis Broka, le 2021-02-28 à 12:12

    Un album magnifique qui vaut beaucoup plus et mieux que ce que tu laisses entendre…

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.