Critiques

Body/Head

Coming Apart

  • Matador Records
  • 2013
  • 71 minutes
6,5

body-head-coming-apart-matador-records-2013Le duo Body/Head, mettant en vedette la légendaire Kim Gordon (Sonic Youth, Free Kitten) et le guitariste «free-noise» Bill Nace (Vampire Belt), lance cette semaine Coming Apart. Les deux protagonistes ont travaillé ensemble au sein de divers projets (il y de cela quelques années) mais la mouture finale de Body/Head a définitivement pris forme au début de 2012; pratiquement au même moment où Gordon et Thurston Moore (Sonic Youth) mettaient fin à leur relation amoureuse. Cette première offrande de Body/Head remémore sérieusement les premiers balbutiements expérimentaux de Sonic Youth sur la scène no-wave new-yorkaise.

À l’origine, Body/Head devait être une esquisse sonore totalement instrumentale appuyée par des projections cinématographiques en concert. Au fil des improvisations, la voix singulière de Gordon s’est imposée comme étant un instrument à part entière… un instrument inharmonique, dissonant et faux, mais un instrument quand même! Au menu, des arcs-en-ciel de larsens, des textures de guitares dissonantes/abusives parfaitement soudées, des incantations chantées, parlées et vociférées avec discordance par une Kim Gordon exaltée. Les deux créateurs nous présentent un Coming Apart minimaliste, abrasif et dérangeant plaqué sur de longues improvisations noisy enregistrées en direct avec très peu d’overdubs en appui.

Un album qui rebutera sans aucun doute le mélomane avide de structures chansonnières plus conventionnelles. Aux premières auditions de ce Coming Apart, votre humble et dévoué critique a été franchement déstabilisé par l’hermétisme flagrant de cette œuvre, mais au fur et à mesure que se sont enlignés les écoutes, nous avons fait de bien belles découvertes sonores, surtout au niveau du jeu de guitare élémentaire, mais inventif, offert par Nace et Gordon. Sans obtenir les résultats harmoniques que le tandem Renaldo/Moore exhibait chez Sonic Youth, Nace et Gordon font un travail adéquat.

Nous aurions apprécié un peu plus de chair autour de l’os: l’ajout d’une section rythmique en bonne et due forme, une recherche plus accentuée au niveau des ambiances sitedemo.caiguées, des crescendos plus opérants et une élaboration mélodique moins linéaire de la part de Gordon. En revanche, on ne peut que saluer la démarche artistique intègre de Body/Head, malgré l’impression de redite et de récurrence qui empêche ce Coming Apart de s’élever à la hauteur des premiers travaux de Sonic Youth.

Quelques pièces intéressantes sont venues stimuler notre intérêt: l’incantation exquise de Gordon dans I Can Only See You In Abstract, la très Sonic Youth titrée Last Mistress, l’instrumentale Untitled et la velvetienne Can’t Help You. Le périple malsain se termine avec deux longs morceaux fleuves totalement cacophoniques intitulés respectivement Black Is The Color et Frontal. Ça pourrait vous achever…

Les vétérans admirateurs (et un peu nostalgiques il faut le dire) d’un Sonic Youth en mode expérimental pourraient apprécier cette conception sonore. Ce n’est absolument pas destiné à toutes les oreilles, mais ces créations champ gauches sont toujours essentielles à l’avancement de la musique. Un album qui s’écoute dans la pénombre pendant que vous ruminez sans arrêt vos frasques passées qui réinstaurent les regrets culpabilisants… Perturbant!

Ma note : 6,5/10

Body/Head
Coming Apart
71 minutes
Matador Records

bodyheadmusic.com

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=0WxJ0MhF8IY[/youtube]