Critiques

Arctic Monkeys

Tranquility Base Hotel & Casino

  • Domino Records
  • 2018
  • 41 minutes
8
Le meilleur de lca

I just wanted to be one of The Strokes

— Star Treatment

Le nouvel album d’Arctic Monkeys n’est pas une œuvre facile à aborder. La première écoute risque de laisser de marbre. Il y a de nombreuses raisons à cela, notamment le changement radical de son que le groupe a opéré. Pour la première fois, Turner a composé à un piano plutôt qu’une guitare et ça s’entend dans le résultat final. Arctic Monkeys nous présente un album de chansons lounges qui donnent l’impression d’être chantée par un joueur de piano alcoolique en complète déchéance, mais qui fait preuve d’une lucidité totale dans ses paroles. Il y a quelque chose du désœuvrement total dans Tranquility Base Hotel & Casino, comme si le groupe regardait ce qui se passait en société et préférait simplement lui tourner le dos.

Musicalement, on y sent la suite d’AM, où déjà le vieux rock’n’roll reprenait de la place. Ici on est encore plus loin dans une esthétique sonore qui porte les stigmates du passé, sans toutefois donner l’impression d’être d’un autre temps. On y mélange pop psychédélique, lounge pop et même quelques éléments jazz. Ça fait penser un peu à David Bowie, un peu à Ariel Pink et un peu à Elvis Presley. Alex Turner donne parfois l’impression d’être un Elvis des dernières années sans la bedaine et la combinaison-pantalon qui accompagnaient le mélange de médicaments et d’alcool.

Tranquility Base Hotel & Casino est un « grower ». Ça prend plusieurs écoutes avant d’entrer dans son univers particulier et comprendre l’harmonie qui existe entre les titres et les choix esthétiques. C’est un album qui s’écoute d’un bloc à une époque où le spotifyisme encourage l’individualisme des chansons. On passe du temps avec TBHC à ne pas trop savoir quoi en penser, puis un matin on se surprend à chanter Four Out Of Five en se shampouinant les cheveux.

Take it easy for a little while
Come and stay with us
It’s such an easy flight
Cute new places keep on popping up
Since the exodus it’s all getting gentrified
I put a taqueria on the roof
It was well reviewed
Four stars out of five
And that’s unheard of

— Four Out Of Five

Comme il en était question plus tôt, Turner nous invite à quitter la réalité pour le rejoindre dans une île déserte où le divertissement fait la loi. La chanson éclaire sur la direction que les Monkeys prennent sur l’album alors que Jesus est rendu dans le spa. Cette dystopie alternative joue avec les codes avec une absurdité douce, mais omniprésente. Le rock n’est certainement pas évacué de TBHC, notamment sur Science Fiction et She Looks Like Fun qui possède un refrain qui est pratiquement un hommage à Ariel Pink.

Arctic Monkeys est un groupe qui vieillit bien. Plutôt que de répéter ce qui a fait leur succès dans le passé, le groupe continue de se lancer dans de nouvelles directions. Ils ne seront plus jamais le groupe de jeunes énervés qui ont lancé Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not. Les 4 ans et demi d’attentes pour le successeur d’AM valaient entièrement la peine. Tranquillity Base Hotel & Casino n’est pas un album facile d’approche, mais il récompense la patience en double.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.