Critiques

...And You Will Know Us By The Trail of Dead

X : The Godless Void and Other Stories

  • Dine Alone Records
  • 2019
  • 51 minutes
7,5

Après cinq ans d’absence, la formation menée par Conrad Keely et Jason Reece est de retour aujourd’hui même avec X : The Godless Void and Other Stories. En 2014, la formation, amalgamant la furie du punk hardcore à des influences de rock progressif, nous balançait l’excellent IX; un disque plus conceptuel que Lost Songs (2012), mais qui gardait intacte cette frénésie qui a toujours caractérisé le son de …And You Will Know Us by the Trail of Dead.

Avec ce 10e disque en carrière, le groupe célèbre cette année son 25e anniversaire d’existence. Réalisé par Conrad Keely lui-même, avec l’aide de l’ingénieur de son Charles Godfrey (of Montreal, Yeah Yeah Yeahs), ce nouvel opus réinstaure au premier plan l’alternance vocale et rythmique entre Reece et Keely; les deux s’échangent conjointement les rôles de batteur, de guitariste et de chanteur tout au long de l’album.

La genèse créative s’est amorcée dès le début de 2018 après que Keely ait déménagé ses pénates dans sa ville de naissance : Austin, Texas. Le compositeur résidait depuis près de cinq ans au Cambodge. C’est ce retour forcé aux États-Unis qui a plongé l’artiste dans une morosité accablante. Quitter un pays qu’il aimait profondément pour revenir en Amérique a ouvert quelques plaies, semble-t-il… Le musicien s’est également inspiré d’un livre de Steven Pressfield intitulé The War of Art; bouquin qui met en lumière les formes de résistance rencontrées par les artistes, entrepreneurs, athlètes et autres qui tentent de franchir leurs propres barrières créatives.

Sur X : The Godless Void and Other Stories, Trail of Dead n’a rien perdu de sa légendaire intensité, mais le groupe a su la bonifier à l’aide d’un apport mélodique fertilisé. Children in the Sky est un alliage réussi de ce qu’a toujours proposé la formation, mais recelant un je-ne-sais-quoi qui fait penser à Oasis. Même les moments « prog » situés en fin de parcours (Who Haunts the Haunter, Blade of Wind et Through the Sunlit Door) sont somme toute terre à terre et accessibles.

Même si les fans reconnaîtront aisément la formule « Trail of Dead » et malgré la répétitivité de certains arrangements et motifs de guitares, les crescendos sont toujours aussi cathartiques. Petit bémol ? Une conclusion d’album plus aérienne qui amoindrit quelque peu l’impact incontestable des sept premières chansons.

Sans être la meilleure galette de Reece et Keely, des pièces comme All Who Wander, Into the Godless Void, Children of the Sky et Who Haunts the Hunter vous replongeront dans ce côté « en crisse » qui nous plaît tant chez Trail of Dead. X : The Godless Void and Other Stories consolide les acquis du groupe : des guitares musclées détenant des ascendants hardcore manifestes et une sensibilité mélodique qui a fait ses preuves.

Un très bon coup d’envoi à cette nouvelle année musicale… pour ceux qui aiment le rock!

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.