Critiques

Agnes Obel

Citizen Of Glass

  • PIAS
  • 2016
  • 42 minutes
8
Le meilleur de lca

Agnes ObelLa Danoise Agnes Obel revient à la charge avec un troisième album qui s’intitule Citizen Of Glass, trois ans après le réussi Aventine. La connaissant depuis un bon moment maintenant, Agnes Obel mérite qu’on tende l’oreille vers sa musique. Citizen Of Glass est un véritable trésor nordique qui est non seulement pertinent, mais qui est aussi important en pop expérimentale. L’attente en valait la peine.

D’abord et avant tout, Citizen Of Glass, c’est l’idée du verre. De ce qu’on peut cacher, de ce qu’on peut moins cacher. Par ces secrets, ces idéologies, ces opinions qu’on n’ose pas révéler. La thématique revient dans la majorité des titres d’Obel. Sur Trojan Horses, le piano se rallie aux cordes pour donner un univers planant, mais qui reste aussi saccadé à certains moments et inquiétant à d’autres. Il est bien vrai d’affirmer que la chanteuse explore diverses avenues dans ce troisième opus. On rajoute certains instruments qui ne faisaient pas partis des derniers disques. La présence d’un synthétiseur des années 1920 -appelé trautonium- en plus de voix électroniques dédoublées (comme sur le titre Familiar), confirme l’audace de l’artiste. On retravaille le son, on l’ajuste pour que ça sonne. Pour que ça frappe. D’ailleurs, l’artiste n’a pas perdu son amour pour les instruments à cordes. Sur Strech Your Eyes, on peut constater le tout. Les arrangements sont mystérieux, sombres et sinistres. Les cordes sont tirées en fonction du timbre vocal planant d’Agnes Obel. Éblouissant.

On vise un peu plus de douceur sur It’s Happening Again. Une sorte de ballade au piano qui nous incite à prendre le temps de s’arrêter dans le but de contempler ce qui nous entoure. D’une grande sensibilité, le titre se veut fragile et très introspectif. Surtout vers la montée des contrebasses en fin de piste. Étant justement une pièce riche en émotions, il est plutôt difficile de ne pas être touchée après écoute. Un moment très fort de l’album.

Quoi qu’il en soit, Obel se réinvente sur Citizen Of Glass. L’ensemble de ce troisième projet est cohérent, énigmatique et ô combien puissant en termes d’énergie musicale! La force créatrice d’Obel est reine tout au long du disque. Elle tient à amener ses auditeurs dans cette aventure 100% mélodique, 100% expérimentale. La Danoise arrive à instaurer un climat musical qui permet au public de se laisser guider et d’avancer avec elle. Comment elle y arrive aussi facilement ? Simplement parce qu’on lui fait confiance, et ce, dès les premières notes.

Ma note : 8/10

Agnes Obel
Citizen Of Glass
PIAS
42 minutes

http://www.agnesobel.com/

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.