Concerts

Swans: du grand art!

Hier soir, au National, nous étions conviés à la grand-messe chamanique/volcanique de Swans, mettant en vedette l’un des plus importants artistes du rock américain, Michael Gira, âgé de 60 ans. Le mois dernier, Swans a fait paraître, avec To Be Kind, l’un des plus tonitruants, puissants et émouvants disques de rock champ gauche de l’histoire, rien de moins. Vous croyez qu’on exagère? Lisez la suite!

Les attentes étaient décuplées et nous étions curieux d’entendre ce que Swans avait à nous offrir en concert. Et puis? Les virtuoses du crescendo chirurgical ont tout simplement donné une leçon de musique à un public muselé et ébahi devant autant de puissance sonore et d’authenticité. À l’image de leur musique, la séance (tenant du quasi-religieux) débuta lentement, mais sournoisement, avec l’arrivée du multi-instrumentiste réchauffant l’auditoire subtilement. Les uns à la suite des autres, les membres de Swans ont fait leur entrée pour finalement apercevoir Gira lui-même suspendre sa six cordes autour de son cou… et cette grande soirée venait de prendre son envol.

Au menu? Des flambées volcaniques de haut niveau, du martelage répétitif, mais d’une précision étonnante (un gros merci au batteur), une slide magnifiquement dissonante ainsi que du dulcimer, vibraphone, percussions tribales qui ajoutaient de superbes points d’exclamation à la musique de Swans.

Après une heure trente de ce tremblement de terre perpétuel évoquant l’apocalypse à venir, la bande à Gira nous acheva d’un magistral moment de violence sonore avec la sublime Bring The Sun/Toussaint l’Ouverture; pièce phare du sublime To Be Kind. La symphonie véhémente de Swans atteignait sa catharsis. Un instant musical mémorable qui restera gravé dans la mémoire de votre scribe préféré. De voir, un homme âgé de 60 ans bien sonnés, battre la cadence frénétiquement et diriger les opérations avec la fougue de la jeunesse nous a transportés dans un firmament (ou dans les ténèbres) musical inégalé. Swans venait de propulser le rock au niveau de grand art.

Michael Gira récolte aujourd’hui tout le dur labeur accompli dans l’ombre… un bien grand monsieur, du moins un énorme créateur rock. Dans cette vie hyperactive, il existe l’art consensuel, rassembleur, fédérateur et positif, qui fait du bien à l’âme… et à l’autre bout du spectre, se situe l’art qui dérange, qui trouble et qui fait peur. Swans se range définitivement du côté opaque de la chose et c’est tout simplement parfait comme ça, car l’art, s’il est souvent divertissement, se doit de faire la lumière sur le penchant sombre de la vie et Swans le fait musicalement avec une éloquence sans équivoque. Un remarquable concert rock qui restera gravé dans la mémoire du public présent. Nous étions tous totalement subjugués à la fin de cette soirée. Du grand art rock!

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.