Concerts

Massive Attack au Centre Bell : Clair-obscur dans la pénombre

Le duo anglais constitué de Grant Marshall, alias Daddy G et Robert Del Naja, alias 3D, aidé de quelques amis, effectuait un retour inespéré à Montréal samedi dernier pour nous présenter l’intégrale de Mezzanine, son troisième album paru en 1998 après le concert reporté du 11 mars.

Inespéré dis-je, malgré Heligoland paru en 2010 et des EPs qui ont suivi en 2016, l’existence même de Massive Attack, en 2019, n’était-elle pas questionnée?

Sept-mille-deux-cent-soixante-dix spectateurs ont répondu présents à la grande messe trip-hop du groupe de Bristol, précurseurs avec Morcheeba et Portishead d’un style à base d’échantillons et de courants musicaux obscurs. Massive Attack a offert dans le désordre les titres sombres et parfois lumineux de cet album co-produit par Neil Davidge et désormais encodé dans une particule d’ADN et conservé dans des perles de verre nanométriques! L’édition japonaise comprend un titre additionnel: Superpredators.

On ne reviendra pas sur les nombreux changements d’effectifs au sein du groupe depuis 1991, seulement pour mentionner que Grant Marshall réintégrera Massive Attack en 2006, ni sur les nombreux EP et remix qui ont étoffé sa discographie de cinq albums, si l’on exclut Collected, la compilation de grands succès de 2006.

Le concert au répertoire immuable depuis le début de la tournée a débuté sur une note apocalyptique, alarmiste à s’en fendre les oreilles.

Plongé dans le noir pendant la majeure partie du concert, à l’instar de son ancien membre Tricky au Spectrum il y a 25 ans, les éclairages parcimonieux ont levé le couvercle sur cette musique dark aux auspices peu invitants.

Après la salve d’intro, la douce accalmie: I Found A Reason de Velvet Underground s’invite dans le coton ouaté, on flotte dans l’apesanteur et c’est juste enivrant et surtout inattendu. Des reprises, il y a aura d’autres lors du concert, discutables certes, mais ici, le choix est judicieux.

Risingson, deuxième piste sur l’album ne sera qu’une mise en bouche, 10:15 Saturday Night de The Cure vient brouiller ensuite les cartes de brillante façon, ce n’est pas dépareillé, on est saisi par la qualité de la proposition, le sourire en coin. Horace Andy, seul chanteur présent sur tous les disques de MA viendra chanter son Man Next Door, hélas, les paroles sont inaudibles, perdues dans le mix, mais la seule présence du jamaïcain septuagénaire qui a toujours eu ses habitudes au Star and Garter club, bar reggae de Bristol, ravit l’auditoire.

La grande star de la soirée fut toutefois Elisabeth Fraser des Cocteau Twins, elle qui figure dans le giron des collaborateurs de prestige de Massive Attack parmi les Madonna, Sinead O’Connor, Damon Albarn, etc. Black Milk est envoyée avec sa grâce sibylline habituelle, son tissu vocal nous libère de l’omniprésente noirceur de la mise en scène ponctuée de nombreuses projections altermondialistes sur les trois écrans conçues par Del Naja. Entre les images insupportables de la guerre, des complots pharmaceutiques et des visages du pouvoir planétaire, on a une vague impression de déjà vu: U2, Roger Waters et plusieurs autres artistes à se pointer chez nous ont largement usé du procédé. On est continuellement sollicité au point où l’on expérimente davantage la musique à l’image. Mais c’est tout de même réussi.

Dissolved Girl, qui a servi le film The Matrix est l’un des moments forts du spectacle, tout comme See A Man’s Face, la toune reggae d’Andy dont on peut voir une première version datant de 1969 sur YouTube! Angel, première piste de Mezzanine (reprise par le groupe métal Sepultura en 2003), sera un autre fait saillant de la soirée, mais Teardrop, chantée par Fraser, probablement la plus connue de Massive Attack (plus que Protection, faut le faire) nous guidera avec douceur vers la fin de ce concert qui se terminera en catastrophe sur l’industrielle et austère Group Four, sans remerciements ni interventions destinées au public.

Est-ce que Massive Attack aurait pu piger dans ses autres chansons au lieu d’inclure du Bauhaus, Ultravox ou DJ Avicii? M’est d’avis que oui. Simplement pour mieux englober l’univers trio-hop du duo anglais, nous aurions été davantage au fond des choses. Reste tout de même un legs musical à chérir: James Blake, Young Fathers et FKA Twigs se sont clairement inspirés de Massive Attack.