Concerts

Les Francouvertes 2018 : Demi-Finales #2

Hier soir, l’habituel blitz de fin de session de Francouvertes se poursuivait avec la présentation de la deuxième soirée de trois de la ronde des demi-finales. Les artistes au menu? La chanson travaillée de Lou-Adriane Cassidy, le rock accessible de Gabriel Bouchard et le hip-hop expérimenté de Sam Faye & D-Track, sans non plus oublier l’ex Dany Placard.

 

Fort d’une session finie depuis quelques minutes seulement, je me pointe au Lion d’Or avec tout le poids de la fatigue accumulée sur mes frêles épaules, mais également une certaine fébrilité. Oui, de la fébrilité puisque tout peut se jouer durant les demi-finales des Francouvertes, où l’on peut, chaque année, assister à des surprises disney-esque et des choix déchirants.

Cette deuxième soirée s’annonce à mon avis être la plus contrôlée et la moins énervée des trois à première vue. C’est du moins ce que l’on ressent dès l’arrivée de Dany Placard sur scène. Je veux dire, c’est difficile d’être plus en contrôle que ce gars-là, qui est un peu rendu l’ex qui décolle plus, à force de travailler avec tout le monde, de continuer à sortir de l’excellent matériel en tout temps et d’avoir été sur le jury des préliminaires cette année. Il semble en contrôle, oui, mais l’est-il vraiment en fait? Ne jouant que trois chansons, comme le veut la tradition, il se ramasse à devoir en casser une nouvelle, jamais jouée devant public, moins d’un an après la sortie de Full Face. Placard nous avoue donc avoir patenté de quoi avant le show et qu’on ne l’entendra probablement plus jamais par la suite… pour finalement se raviser après la dite chanson. C’est vrai qu’elle était assez bonne au final! Celui qui n’est pas toujours très heureux quand il écrit oubliera par la suite le début de sa dernière toune, pour offrir une performance somme toute décontractée bien que fort jolie. On aime!

Mon fait notable : sa nouvelle chanson dont il était pas trop sûr quinze minutes avant.

Lou-Adriane Cassidy

La première concurrente a elle aussi de l’expérience. Bien moins que Dany Placard, mais elle en a vu passer d’autres, des concours, et ça paraît. Lou-Adriane Cassidy se pointe sur la scène du Lion d’Or avec l’air de savoir ce qu’elle fait et ce qu’elle veut : une place en finale. Est-ce que j’ai apprécié la performance? Pas vraiment. Dire que son style de musique me rejoint tiendrait de l’euphémisme. Mais il faut reconnaître qu’elle et son band sont de talentueux musiciens, savent rejoindre leur public et savent aussi quoi faire pour charmer un jury, aussi difficile soit-il. Le plus gros défaut de son spectacle sera en fait l’espèce de discours d’excuses/de justification qu’elle fera à la toute fin quand à ses chansons écrites par d’autres artistes. Le point n’est pas nécessaire à mon avis, quoiqu’elle me confiera en entrevue par la suite que ça avoir semer la controverse dans les commentaires du public au premier tour.

Mon fait notable : Quand Lou-Adriane chante « Le gris, on le voit pas » et que j’ai ri fort en me demandant si le gris ne serait pas devenu John Cena. (Les fans de lutte et de memes la comprendront.)

Gabriel Bouchard

Deuxième, mais non le moindre, celui qui a passé sur la fesse aux demi-finales : Gabriel Bouchard. C’est à mon avis celui qui a le plus gros potentiel de créer la surprise et de se tailler une place au prochain tour, avant le show. Professionnel dans son attitude et plus posé qu’au premier tour, le petit gars de St-Prime se pointe sur scène avec les gars de Gazoline pour nous offrir son rock grungy, mais somme toute accessible. Alors qu’une bonne partie du public semble s’être déplacé pour le première prestation, je vois quand même du coin de l’oeil pas mal de monde sourire et hocher de la tête, ce qui est assez bon signe pour la suite des choses. Si ce n’est pas la performance la plus flabbergastante que j’ai vue ever, reste que Gabriel Bouchard offre un set bien solide.

Mon fait notable : Lui et son band se sont donné des petits bisous sur la bouche en entrant sur scène. C’est beau, le pouvoir de l’amour!

Sam Faye & D-Track

Les derniers concurents de la soirée sont des gars d’expérience, revenus d’une tournée en Chine juste à temps pour le premier tour. Sam Faye et D-Track, duo hip-hop déjà bien établie sur la scène montréalaise, démontrent leur talent dès les premières notes de leur set. Pas l’air impressionnés ou stressés plus qu’il faut, les gars se déplace avec aisance sur scène, jasant avec le public sans trop chercher leurs interventions, quoique ces dernières n’ont pas trop l’air improvisées non plus par moments. Si le show semble toutefois un peu en retard sur les tendances plus américanisées du rapkeb actuel, les gars restent quand même très down sur le public et offre une prestation sans trop de lacunes.

Mon fait notable : les gars nous font pousser des affaires dans une chansons, mais ce n’est malheureusement pas de la fonte pour oublier la honte…

Une soirée donc de bonne qualité, mais qui ne révolutionnera pas l’avenir musical du Québec à mon avis. Mercredi risque de chambouler les cartes un peu plus, je crois. Le classement général à l’issu de ces deux soirées?

1. Crabe

2. Lou-Adriane Cassidy

3. Laura Babin

Crabe, c’est un peu les Golden Knights des Francouvertes.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.