Concerts

Les demi-finales des Francouvertes 2019 — Soir 2

Après une première soirée où P’tit Belliveau et les Grosses Coques se sont hissés au top du palmarès, voici que Comment Debord, O.G.B. et Dear Denizen venait montrer de quel bois ils se chauffent. Tout ça avec Les Soeurs Boulay en première partie.

Les Soeurs Boulay se sont présentées devant une salle comble pour cette deuxième soirée de demi-finales des Francouvertes. Malgré le chahut qui faisait loi pendant la présentation, tout le monde s’est tu pour Mélanie et Stéphanie qui était armée d’un seul micro entre elles. Elles ont décidées de casser des nouvelles tounes qui se retrouveront sur leur prochain album, prévu pour l’automne 2019. Seul pièce connue de leur prestation, Mappemonde, a frappé dans le mile. Leur sensibilité et leur authenticité aura pris toute la place et c’est bien tant mieux!

Comment Debord

La formation est arrivé avec plus d’aplomb qu’aux préliminaires. Le groove était plus au rendez-vous, mais le manque de maturité du projet fini toujours par faire son chemin. On sent que Comment Debord se dirige en quelque part de plaisant, mais qu’il n’y est toujours pas rendu. Par contre, la guitariste du groupe continue d’impressionner avec ses capacités. Cette jeune femme possède déjà une personnalité fascinante avec sa manière de jouer des solos efficaces et convaincants. Dans l’ensemble, c’est intéressant, mais ça manque de pratique scénique.

O.G.B.

On sentait la formation plus nerveuse qu’à sa première prestation. Finir au top du palmarès vient avec une certaine pression. Malgré tout, le groupe s’est bien tiré d’affaires en lançant les hostilités avec quelques notes de saxophone qui tire sur le jazz psychédélique. O.G.B. était prêt pour cette deuxième prestation et les silences étaient absents. C’est avec un bon débit qu’ils ont navigué cette riviève. Ça coulait. C’était groovy. Rebondir était le moment fort de leur spectacle alors que le chant, la mélodie et l’instrumentation était à son meilleur. On sent que la nervosité les a empêché de nous embarquer autant qu’aux préliminaires. Mais tout ça fonctionnait très bien tout de même et la bande de jeunes musiciens s’en est bien sorti.

Dear Denizen

C’est affublé d’un mélange de rideau de douche et de costume d’apiculteur que Chris Ngabonziza s’est présenté sur scène. La valeur ajoutée de fashion est au rendez-vous, mais ça semblait un tantinet too much. Surtout qu’il est si talentueux à prime abord. Ça demeure qu’il y dans les compositions de Dear Denizen quelque chose qui nous échappe. Une profondeur et une légèreté qui n’existe qu’ailleurs et ce même si des commentaires l’accusaient de faire de la « musique de blanc ». La question reste… c’est quoi de la musique de couleur? Si Bob Marley avait un père blanc… Est-ce nécessaire de catégoriser selon les couleurs ou les orientations sexuelles les gens? En 2019? Ça semble si futile. Il terminé tout ça avec une convaincante BEC qui frappait dans le mile.

Mais bon, qu’en est-il après deux soir? Voici le palmarès:

  1. O.G.B.
  2. P’tit Belliveau et les Grosses Coques
  3. Thierry Larose

Ça se poursuit demain soir avec Ce7te Life ( David Campana, Shotto Guapo et Major), Alex Burger et Poulin.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.