Concerts

Laura Jane Grace au National le 9 septembre 2022

Longue vie à la reine Laura Jane Grace!

De passage à Montréal dans le cadre de sa tournée canadienne, la charismatique chanteuse d’Against Me! est débarquée comme une tonne de brique au National. Accompagnée pour l’occasion par les punks de Mobina Galore et par la touchante Lande Hekt, elle a su mettre le feu à une salle conquise d’avance armée seulement d’une guitare acoustique et de bière sans alcool.

Mobina Galore

C’est le duo de Winnipeg qui a ouvert le bal. Avec ses mélodies accrocheuses et ses riffs agressifs, le groupe était dans une zone très fertile pour gagner des fans. La chanteuse et guitariste Jenna Priestner s’est d’ailleurs permis quelques adresses comiques au public entre les Escape Plan et Whiskey Water. Faisant justement la promotion de leur album live sorti au début du mois, le groupe a clairement su montrer de quel bois il se chauffe. Un petit moshpit s’est même formé vers la fin en faisant la preuve que les punks leurs donnaient leur aval.

Lande Hekt

Dans un autre registre, la Britannique Lande Hekt avait la tâche de poursuivre la soirée. Munie de sa seule guitare et de ses textes comicotragiques, la chanteuse a rapidement créé une complicité avec le public. Exerçant son français en racontant comment une chanson lui avait été inspirée par son chat, Hekt a su se faire écouter attentivement par une foule qui, dix minutes avant, était en train de sauter partout. L’entraînante Gay Space Cadets et la mélancolique 80 days of rain ont particulièrement fait leur effet en début et en fin de prestation.

Laura Jane Grace

Après deux prestations de qualité, celle que tous attendaient, Laura Jane Grace est arrivée sur scène. Entonnant immédiatement le pilier Pints of Guiness Make You Strong de son groupe, la chanteuse d’Against Me! a débuté sous un tonnerre d’applaudissements. Donnant au public le droit de crier ses demandes spéciales avec un grand sourire, Laura Jane était visiblement autant là pour faire plaisir à ses fans de longue date que pour présenter les pièces de son récent disque solo.

Faisant notamment la part belle aux morceaux de Transgender Dysphoria Blues comme Unconditionnal Love, Fuckmylife666, Dead Friends, Black Me Out ou encore True Trans Soul Rebel, la musicienne s’est également permis plusieurs adresses au public pour partager des anecdotes sur la ville de Montréal et sur son rapport avec le Québec et le Canada. Avec beaucoup d’humour, nous avons eu droit aux théories de Laura Jane sur les riches fantômes bourgeois du théâtre ainsi qu’à son explication de ce qu’est un Dysphoria Hoodie.

Les fans de la première heure d’Against Me! ont particulièrement été servis durant un marathon de plus de 25 morceaux qui comprenait notamment Reinventing Axl Rose, Baby I’m an Anarchist, «Sink, Florida, Sink» et Miami. Cela dit, ce n’est pas pour autant que les morceaux de la carrière solo de Grace furent mis de côté. Que ce soit les pièces de son album avec les Devouring Mothers comme Apocalypse Now et Amsterdam Hotel Room ou celles de ses plus récents disques comme The Swimming Pool Song et la magnifique Lolo 13.

Le public était énergique et on a même eu droit à de nombreux crowd surfers ainsi qu’au plus gros circle pit de l’histoire vers la fin du spectacle. Une Laura Jane Grace aux anges semblait ne pas vouloir quitter la scène alors que les fans chantaient toutes les paroles de White Crosses un peu avant le rappel. Entre volonté de prolonger le party avec Paralytic States et de clore sur une note touchante avec Two Coffins, la chanteuse a mis fin aux célébrations en entonnant avec une foule en délire la désormais classique I Was a Teenage Anarchist.

Meilleure manière de terminer une soirée de communion entre la reine des punks et ses sujets qui auraient pris encore facilement une autre trentaine de chansons.

Crédit photo: Raphaël Boivin