Concerts

FEQ 2018: Greta Van Fleet

Certaines premières parties peuvent être pénibles, interminables et la plupart du temps, décevantes. Hier, les Plaines d’Abraham ont accueilli des légendes, mais un autre groupe a laissé sa marque sur cette scène emblématique : Greta Van Fleet.

Il faut avoir des nerfs d’acier pour faire la première partie des Foo Fighters. Surtout dans le contexte particulier du concert d’hier soir. C’est néanmoins sans complexe que s’est présenté ce groupe, fort d’un seul album, devant des plaines impatientes.

La comparaison avec Led Zeppelin et Greta Van Fleet est facile. Les simagrées du chanteur, la voix aiguë rappelant celle de Robert Plant et la batterie lourde et omniprésente. Une écoute attentive à la fois de leur concert et de leur album révèle une réalité plus complexe. Oui, ils sont clairement inspirés du mythique groupe anglais, mais aussi du blues de Robert Johnson, de la guitare de Clapton et des solos de Jeff Beck.

La pluie battante d’hier soir a fait tomber l’humidité étouffante qui régnait, mais elle a aussi enlevé l’épaisse couche de poussière qui ne décolle jamais du FEQ. Exit Twisted Sisters et Journey, laissez les jeunes groupes montrer ce qu’ils ont dans le ventre devant des dizaines de milliers de personnes. Chers organisateurs du festival, je sais que vous tapisserez les médias du succès des Foo Fighters, de Beck et de Dave Matthews Band, mais ce sont des moments comme hier, trempés jusqu’à l’os, la tête et les jambes qui ne peuvent s’arrêter de suivre le rythme qui fait la différence entre un succès commercial et un succès culturel. Peace Out.

 

Crédit photo: Frédéric Derose-Jacques

1 commentaire

  1. Maître Frank Zappa, le 2018-07-12 à 14:43

    Très bon commentaire et excellentes photos

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.