Concerts

Coup de cœur francophone 2022 : Lysandre et Hôte

Dans le cadre du Coup de coeur francophone, Lysandre et Hôte ont présenté leur univers musical sur la scène du Ministère.

C’était dans un Ministère presque plein que plusieurs attendaient que la soirée commence. Depuis le lancement de son premier album en avril dernier, Lysandre a eu la chance de jouer dans le cadre de plusieurs festivals cet été. Est-ce que le projet a évolué rapidement en si peu de temps ?

Hôte

Hôte

Profitant de sa présence au festival, ce fut l’occasion pour le projet de Marc-Andrée Dupaul de faire un lancement officiel de son tout dernier EP : Saturne en Capricorne, paru en septembre. Accompagné de ses musiciens, l’ancien finaliste de la dernière édition des Francouvertes est entré sur scène avec confiance, alors que c’était la première fois qu’il réalisait un spectacle avec un ordi sur scène. Quelques problèmes techniques ont eu lieu lors de sa performance, mais rien de malaisant.

Utilisant une machine à échantillons avec plusieurs synthétiseurs sur scène, la musique d’Hôte est une expérience unique à voir sur scène. Son ambiance électronique se rapprochant d’un côté drone et industriel rend le tout différent de ce qu’on peut entendre dans la version studio de sa musique. Cependant, pour une petite salle comme Le Ministère, ça ne sert à rien de mettre les niveaux à rouge et de mettre la basse dans le tapis. Si vous étiez présent au spectacle, j’espère que vos oreilles ne bourdonnent pas encore.

Lysandre

Lysandre

C’est la troisième fois que j’ai le plaisir de voir le projet de Lysandre Ménard sur scène et à chaque fois, j’en ressors plus vulnérable que jamais. La puissance vocale de l’interprète et les textes de la parolière ont le pouvoir de me rendre fragile.

Mais au-delà de mes émotions, il y a une vraie évolution dans la proposition scénique comparée au lancement de son premier album en avril dernier. Elle est toujours accompagnée des mêmes musiciens Étienne Dupré (Duu, Zouz) à la basse, Thierry Malépart (Choses Sauvages) à la guitare, Lucie Maud Ménard aux harmonies vocales et synthétiseurs ainsi qu’Olivier Bernatchez (Le Havre) à la batterie. Le seul changement est la présence de Thierry Malépart en replacement de Marie Claudel.

Lysandre

D’ailleurs, Malépart prenait aussi plus de place comme gestionnaire du synthétiseur modulaire pour créer des ambiances. Par exemple, sur Tintagel, nous avons eu droit à une transition de ce genre avant de passer au premier bruit de batterie.

En 45 minutes, elle a offert des chansons de Sans Oublier sans faire place à de la nouveauté. Le talent des musiciens n’est pas sujet à discuter. Cependant, entre les interventions, on sent que Lysandre Ménard est de plus en plus confiante. La scène lui appartient, le temps d’un instant, le temps de briller. Et même si le rendu final était moins acoustique que lors des premiers spectacles, ça ne gâche pas l’expérience pour autant.

Crédit photo: Charles-Antoine Marcotte