Concerts

Big Thief & Kara-Lis Coverdale à l’Olympia de Montréal le 18 avril 2022

Après avoir vendu tous les billets pour le Club Soda, le concert de Big Thief a été déplacé à l’Olympia qui se trouvait à son tour plein pour la venue de la sensation américaine. Retour sur un concert qui était à la hauteur des attentes et même plus!

Photos par Coline Beulin

C’est par une fraîche soirée d’avril que le groupe américain Big Thief était de passage en ville. Le quatuor a récolté maints éloges pour l’excellent Dragon New Warm Mountain I Believe in You, paru en février dernier.

Une première partie surprenante

C’est à Kara-Lis Coverdale qu’on a confié la tâche d’ouvrir la soirée. La jeune femme possède certaines belles mentions à son CV : Arvo Pärt et Brian Eno l’ont célébré, en plus de collaborer avec Tim Hecker. Celle qui occupe le poste d’organiste dans une église de NDG est aussi une artiste expérimentale de musique électronique et c’est ce côté moins catholique qu’elle nous a présentées en ouverture.

En mixant des sonorités purement synthétiques à des échantillons d’instruments organiques, elle a proposé une musique qui était d’abord assez exigeante. Difficile de s’en approcher, encore plus quand on est venu à un concert de folk rock mélodieux. Mais au cours de la prestation, je me suis laissé aller à son ambient dynamique. Elle a terminé le tout sur une pièce plus mélodieuse où la basse était charnue. C’était franchement intéressant et j’étais très content de faire la rencontre de cette artiste. Si vous ne la connaissez pas déjà et que vous avez l’oreille pour la musique ambient, elle risque de devenir rapidement votre nouvelle amie.

Rock velours

C’est avec un set résolument rock que nous attendait le quatuor Big Thief. La formation a commencé le concert principalement avec des chansons tirées de leurs albums Capacity, Mastermind et Two Hands. Le tout était particulièrement rock. Pendant ce temps, Adrianne Lenker nous raconte qu’à 16 ans, elle a fait un road trip du Minnesota à Montréal. Le hic? La bande avait 4 jours. Ils se sont donc relayés pour conduire, ont passé une journée dans la ville et ont dû repartir vers chez eux.

Le groupe nous a livré aussi de nombreuses pièces de son acclamé nouvel album, Dragon New Warm Mountain I Believe In You, dont Simulation Swarm, Flower of Blood, Love Love Love et la chanson-titre. Simulation Swarm était franchement intéressante, interprété avec un vrombissement ambiant particulier alors que le solo était pas tout à fait comme dans la version enregistrée, mais se débrouillait tout de même assez bien. Sparrow était particulièrement réussie avec les envolées de voix majestueuses de Lenker.

Puis, un peu comme si notre rêve éveillé était interrompu, la troupe a déposé ses instruments en nous remerciant. J’ai été pris de court. L’Olympia pleine à craquer en a redemandé. Le groupe a concédé et il est revenu pour 4 pièces, un généreux rappel. Time Escaping, puis Spud Infinity sur laquelle le frère d’Adrianne est venu jouer de la guimbarde, Masterpiece et Mary. Un quatuor qui t’achève de beauté.

À voir la quantité de mélomanes qui étaient au rendez-vous à l’Olympia, il ne fait pas de doute que Big Thief est en train de devenir un groupe d’une importance capitale sur la scène indépendante. Pour ma part, j’étais repu en revenant de ce concert qui m’a tout à fait satisfait.

Crédit photo: Coline Beulin

Inscription à l’infolettre

Ne manquez pas les dernières nouvelles!

Abonnez-vous à l’infolettre du Canal Auditif pour tout savoir de l’actualité musicale, découvrir vos nouveaux albums préférés et revivre les concerts de la veille.