Concerts

Aurores Montréal 2019 : Jérôme Minière et Dominique Fils-Aimé

Deux journées sans failles à date pour la septième édition du festival qui met de l’avant des artistes québécois à Paris!

J’étais bien plongé dans le décalage horaire quand je me suis présenté pour le concert de Jérôme Minière à l’Auguste théâtre. Apparemment, il n’y avait pas que mon corps de décalé. Minière s’est présenté comme coach et nous a balancé une conférence sur le DTQSAR. Mais qu’est-ce? Eh bien, c’est pour : des trucs qui ne servent à rien.

Pendant sa conférence avec des diapos particulièrement drôles à l’appui, il a fait quelques chansons à la guitare ou encore en version quasi-karaoké. Il joue sur la notion de vrai et de faux et s’amuse avec le public. C’était très divertissant et totalement différent de ce à quoi on s’attend en allant voir un spectacle de Jérôme Minière. Plus la soirée avançait et plus tout ceci se transformait en concert alors qu’il a enfilé des pièces passant à travers sa discographie au complet. C’est passé de Jour de rien sur Petit cosmonaute en 2002 jusqu’à Duplicatas sur La forêt numérique, paru en 2018.

Il a terminé le tout avec une invitation à danser sur scène, une invitation qui a gêné le public de ce lieu intime à l’exception d’un spectateur que nous saluons pour son audace. Le tout a duré près de deux heures et quart de générosité et de rires.

Laisse une bonne première impression

Dominique Fils-Aimé était peut-être à son premier passage dans la capitale française, elle s’est assurée d’y être réinvitée avec une solide performance au Centre culturel de l’Ambassade du Canada à Paris. Il faut le dire, c’est une salle magnifique dans laquelle Dominique Fils-Aimé a brillé de mille feux.

Parmi les moments marquants de cette performance sans faille, la Strange Fruit reprise de Billie Holiday était d’une touchante beauté. Elle a même dû se tourner après celle-ci pour essuyer pudiquement les larmes qui avaient perlé dans ses yeux. Entre les chansons par contre, on la voit souvent sourire comme une gamine, contente d’être là. Un sourire qu’on voit aussi sur le visage de chacun de ses musiciens qui ont chacun leur moment de solo. Ces moments ont frappé dans le mile et particulièrement celui du batteur qui avait un sourire de gars qui sait exactement qu’il est en train de torcher ce moment.

Sa demande de ne pas applaudir pendant le spectacle n’a pas tenu à partir de la moitié du concert. Nous nous faisions violence en réprimant notre gratitude et notre plaisir partagé d’être là. Constructive Interference, There Is Propably Fire et Gun Burial ont tous été de bons moments pendant ce concert qui est passé trop vite. Elle a terminé le tout avec une reprise d’Ensorcelée de Daniel Bélanger à la manière de l’album Trente d’Audiogram.

Off Aurores?

Ce n’était pas un Off Aurores Montréal, mais Bleu Nuit jouait à l’International. En plus, c’est près de mon hôtel, je n’avais donc aucune excuse de manquer le groupe. Le concert est parti sur des chapeaux de roues en raison d’un refus de coopérer de l’électricité européenne avec leur équipement québécois. Après deux chansons, tout était de nouveau sur les rails et le concert s’est mis à avancer à bon train. Le groupe joue fort et rentre au poste avec ses chansons post-punk intéressantes. Un passage réussit pour la formation en sol parisien.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.